Communauté / Presse

L’ensemble France fait bonne presse

Les Rubizz font parler d’elles après leur démonstration aux Internationaux de France de Paris-Bercy de gymnastique artistique. L’ensemble France composé de Mélanie Haag, Jeanne Isenmann, Léa Peinoit, Samantha Ay, Océane Charroy et Noémie Balthazard sera présent ce weekend au tournoi coupe du monde de Pesaro en Italie. Concernant les individuelles, Delphine Ledoux (sénior) et Marine Letul (junior) seront également de la partie.

Adriana Dunavska : «Nous irons aux Jeux», article de Jacques Cortie publié le 21 mars 2011 sur le site sportiva-infos.com :

“La GR a monté son opération charme à Bercy ce week-end. En ligne de mire les mondiaux de Montpellier en septembre et les JO. Rencontre avec un groupe et son encadrement.
On peut commencer par leur nom de scène. Les Rubizz. Et rentrer un peu dans la symbolique forcée que ce genre de vraie-fausse trouvaille propose. Ce qui donne : « Rubbiz cela fait penser à un joyau et c’est aussi une référence avec le ruban que l’on utilise. » On peut citer les noms auquel l’on a échappé, genre ‘Les Pink Ladies’ ou bien ‘Les Gym’s’. Mais l’essentiel est ailleurs. L’équipe de France de gymnastique rythmique est embarquée dans une quête effrénée pour (re)trouver un statut, une place, dans le concert international.

Alors à Bercy, ce dernier week-end, les Rubizz, puisqu’il faut les appeler ainsi, ont animé les intermèdes des 18èmes Internationaux de France. Il s’agissait de s’approprier le centre de l’arène, de performer en direct devant un public branché gym. Et puis surtout de « connecter avec les spectateurs. De créer une relation en vue des championnats du monde » précise Camille Souloumiac, l’entraîneur adjoint. Derrière ce qui paraissait être une simple démo, l’Equipe de France de gymnastique rythmique entamait son opération charme alors que les Mondiaux se tiennent à Montpellier du 19 au 26 septembre prochains. «Les 10 premières équipes iront aux JO » précise le staff. 16ème en 2010, à Moscou, la France a donc une certaine pression. D’autant que l’aventure olympique a échappé à la GRS hexagonale lors des deux derniers rendez-vous de Pékin et Athènes.

Pour mettre fin à cette disette événementielle, Adriana Dunavska a été intronisée entraîneur principal. La bulgare (vice-championne olympique de GR, en individuel, en 1988) a démarré sa mission en 2008. « Ce qui est difficile, dit-elle, c’est qu’il n’y a pas de culture, de tradition, en France. En Bulgarie toutes les petites filles veulent devenir les meilleures dans ce sport. Ici, nous avons des filles très bien, avec du potentiel, mais j’ai un gros travail mental à faire : je dois faire comprendre ce qu’est le très haut-niveau. »

Pas impressionnées pour autant les filles de l’équipe de France savent que l’objectif c’est Londres et rien d’autre. Mais, avec une tranquillité étonnante, elles ne s’en formalisent pas. «Aller aux Jeux, ça va être dur, disent-elles en chœur, mais on peut y arriver. » Souriantes et détendues après un passage parfait, les cinq jeunes filles (17 ans de moyenne d’âge) savent que la partie est difficile et que leur coach ne relâchera pas l’exigence . «Comment travailler de 6 à 8 heures par jour, tous les jours, si on n’est pas convaincu de réussir» dit la bulgare. “Nous irons aux Jeux” dit-elle encore, un regarde de feu à l’appui de sa phrase.

Car le défi de retrouver les JO passe par une gigantesque opération commando (voir fiche sportiva-infos) qui a parfois surpris les parents des jeunes sélectionnées. Mais, à l’image de Mélanie Haag, 18 ans, étudiante en licence de biologie, tout semble couler de source. «En tant que capitaine je dois veiller à ce que tout le monde s’entende mais ce n’est pas difficile. Je motive et rassure.” Adriana, elle, exige beaucoup de ses jeunes troupes et crée les enchaînements. Et David Kowalik se charge de la formation en danse classique. Avec Camille Souloumiac ce staff à trois est embarqué dans une sacrée mission. Les Rubbiz, elles, ont réussi leur prestation et pensent déjà au Tournoi de Coupe du monde en Italie la semaine prochaine. Un staff et une équipe défient le monde en souriant.”