Communauté / Presse

Une expérience inoubliable

Interview du 6 janvier 2010 :

Fanny et Noémie George ont participé à l’émission “La France a un incroyable talent” produite sur M6 en 2009. Grâce à leur talent de gymnaste et de danseuse, les jumelles originaires de Strasbourg auront atteint la phase des demi-finales avec beaucoup de charme et d’émotion. Aujourd’hui, elles reprennent le chemin de l’université, des répétitions de danse et du gymnase avec des souvenirs pleins la tête. Fanny accepte de me faire part de son expérience :

Avant votre participation à l’émission, que faisiez-vous dans la vie hormis votre carrière de gymnaste ?
Fanny : “Nous sommes toutes deux étudiantes en art du spectacle option danse à Strasbourg.”

Comment votre sélection à l’émission s’est-elle déroulée?
F : “La production a contacté le Pôle Espoir de Strasbourg car il était intéressant pour l’émission de présenter de la gymnastique. Les premières sélections avaient lieu au mois d’août et les gymnastes du Pôle étaient en pleine préparation pour les échéances à venir. On leur a alors proposé de se tourner vers des gymnastes du club étant donné qu’il est directement rattaché à la structure de haut niveau. Le fait que nous soyons jumelles devenait également quelque chose d’exploitable, ce qui nous a permis de nous présenter au casting à Strasbourg. Deux semaines après, nous étions retenues pour participer à La France a un Incroyable Talent.”

Depuis combien de temps pratiquez-vous la gymnastique rythmique ?
F : “Cela fait maintenant 13 ans que nous nous entraînons au club de Strasbourg et nous matchons en DN1. A douze ans, nous avions eu la possibilité d’entrer en sport-études avec le CREPS mais nous n’avons pas accepté pour raisons personnelles.”

Comment avez-vous préparé votre premier passage à l’émission ? Avec votre expérience de la scène, ce ne devait pas être trop difficile pour vous ?
F : “Finalement si, ça a été un nouveau challenge car nous n’avions pas tellement l’habitude de nous produire ensemble excepté lors des championnats universitaires. Quand nous essayons de monter une chorégraphie ou un enchaînement ensemble, nous commençons à nous chamailler ou alors nous nous mettons à éclater de rire sans pouvoir nous arrêter.”

Votre premier duo était vraiment magnifique, vous l’avez imaginé toutes seules ?
F : “La base oui avec notre entraîneur Laurence Auerswald. Il nous était demandé d’exploiter au maximum le thème des jumelles et la chanson “Tu es mon autre” interprétée par Maurane et Lara Fabian s’y prêtait totalement, ce que le public a également su apprécier. Ensuite, c’est le chorégraphe de l’émission, Johan Nus, qui nous a beaucoup aidé à exploiter notre côté scénique et à mettre en lumière tel ou tel élément de la chorégraphie.”

Les différentes étapes de l’émission s’étalant sur plusieurs mois, comment arriviez-vous à gérer votre emploi du temps ?
F : “Ce n’était pas toujours facile, entre les cours à l’université et les allers-retours au gymnase pour entraîner les plus jeunes, il ne nous restait pas beaucoup de temps de préparation. De plus, nous sommes sous contrat avec plusieurs compagnies de danse et il fallait jongler avec nos horaires pour dégager parfois une heure et demie seulement par semaine de répétition avant le tournage. En même temps, avec les aléas du direct, il y avait aussi pas mal de changements de dernière minute que nous ne pouvions pas prévoir.”

Vous avez en tout cas été sélectionnées par le jury pour participer en demi-finale et juste après vous vous êtes blessée au dos, comment est-ce arrivé ?
F : “J’ai toujours eu des problèmes de dos et j’ai vu beaucoup de médecins et de kinésithérapeutes mais je souffre surtout de surmenage car j’ai rarement le temps de me reposer même pendant les weekends, du coup les muscles en pâtissent forcément. Là, il est vrai que j’ai une entorse dorsale et que je ne dois pas forcé, je suis arrêtée pendant six mois de toute pratique sportive mais il me tarde de reprendre.”

Cette blessure a failli remettre en cause votre chance de participer à la demi-finale ?
F : “Oh oui, au départ, quand Laurence a prévenu la production, il a été proposé que Noémie continue seule l’aventure. Puis, j’ai décidé d’accompagner ma soeur pour la soutenir jusqu’au bout. La veille de l’émission, comme je me sentais mieux et qu’il était dommage que le duo se fonde en un simple solo, les modifications nécessaires ont été apportées à la nouvelle chorégraphie pour que ne force pas trop sur le dos. Plusieurs éléments gymniques ont été enlevés pour laisser place à plus de jeu théâtral. C’était intéressant de travailler un aspect artistique que nous n’abordons peut-être pas toujours en danse ou en gym.”

D’où le choix de la bande originale de Chicago. Vous qui êtes habituées aux praticables et aux scènes de théâtre, à vous produire devant un public et des juges, est-ce si différent lorsqu’il s’agit d’un plateau télé ?
F : “C’est différent au niveau de la gestion de l’espace, entre les divers éclairages, les caméras qui tournent autour se soi. La pression n’est pas la même que pour une compétition sportive, car si on se plante au petit écran, on est sûres d’être affichées dans les bêtisiers de fin d’année. En ce qui concerne le passage devant un jury qui, contrairement au sport, dévoile directement le positif et le négatif de ta prestation, cela apprend à avoir de la répartie et à se remettre en question plus rapidement.”

Beaucoup de positif dans l’ensemble tout de même. Qu’est ce qui vous aura marqué le plus ?
“Ce n’est pas tant passer en direct sur un plateau télé, même si c’est grandiose, qui nous aura le plus marqué, c’est plus l’envers du décor qui nous aura séduites, c’est le fait de découvrir le montage d’une émission, de découvrir les différents corps de métiers et de discuter avec toutes ces personnes qui travaillent derrière et qu’on ne voit pas. Les membres du jury viennent également en coulisses, on les découvre alors comme de vraies personnes qui tombent leur masque et qui rigolent avec nous. C’est tout l’ensemble qui fait que cette expérience devient unique. Puis avec les autres candidats, on se forme comme en une nouvelle famille et on reste en contact le plus possible.”

Si c’était à refaire ?
F : “Sans aucune hésitation, je renouvellerai cette expérience inoubliable.”

Vos objectifs pour cette nouvelle année 2010 ?
F : “Me remettre déjà physiquement et plus rapidement que prévu si mon médecin me l’autorise, réussir mon année universitaire, je suis en ce moment en pleine semaine de partiels. J’ai hâte de reprendre la gym et la danse, Noémie devrait sans doute participer aux championnats de France DF/DN qui se dérouleront à Tourcoing fin mai.”

Photo : Fanny et Noémie aux côtés des finalistes Skorpion et Florian, respectivement danseur et magicien.

Interview réalisée avec l’aimable autorisation du Service Presse de M6.