Communauté / Presse

Delphine Ledoux, élue sportive de l’année

Delphine Ledoux, championne de France, a reçu, hier, le trophée de la sportive nordiste de l’année 2009 à l’INSEP suite au sondage auquel avez pu participer sur le site de LaVoixDesSports. Distinction largement méritée, elle apporte également un gros coup de pouce à la reconnaissance de la gymnastique rythmique en France. Merci et bravo à notre belle calaisienne !

Voici ci-dessous l’article qui lui est consacré par LaVoixDesSports:

Que pensez-vous de cette distinction ?
Ç’a beaucoup de valeur, car je n’ai jamais eu de titres honorifiques dans ce genre. C’est une belle récompense, après avoir obtenu mon sixième titre consécutif de championne de France de gymnastique rythmique. J’avais mobilisé les gens sur Facebook, sur mon Skyblog, j’avais envoyé des mails à la famille et sur les forums de gymnastique, l’information a vite circulé, ce qui m’a permis d’avoir pas mal de votes.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
J’ai commencé par de la danse classique et j’ai fait de la GR avec l’école, j’ai été repérée et grâce à Josette Bonvoisin, j’ai intégré un sport études dès le CE1. J’ai toujours beaucoup aimé manipuler les engins et même si j’aime l’équitation, je suis toujours restée fidèle à la gymnastique rythmique. Que ce soit en avenir, en espoir, en junior, j’ai toujours fini championne de France la deuxième année. Puis en senior, j’ai fait quatrième pour mes premiers championnats de France. Je suis devenue championne de France au concours général en 2004 puis à partir de 2005, j’ai toujours tout gagné, le concours général et toutes les finales par engins.

Vous êtes depuis cette année la Française la plus titrée dans l’histoire de votre discipline. Qu’est ce que ça représente ?
Au départ, on ne se dit pas qu’on va essayer de battre ce record, qui était détenu par Eva Serrano. Mon ambition était surtout de représenter la France au niveau international. Je savais que je pouvais devenir la Française la plus titrée sur le plan national cette année. J’espère juste que ça ne va pas s’arrêter là.

Avez-vous l’impression que votre discipline est suffisamment prise au sérieux ?
Oui, globalement ça va, même s’il n’y a pas une grosse médiatisation. Il y a bien sûr un côté spectacle, avec les chorégraphies, des justaucorps avec beaucoup de paillettes et de strass, mais c’est un sport très difficile, très exigeant. Hors période de compétition, on s’entraîne cinq heures par jour six jours sur sept ; et à l’approche des grands événements, ça peut aller de cinq à neuf h quotidiennement, également six jours sur sept.

Les Mondiaux 2011 auront, a priori, lieu à Lille. Les Jeux 2012 à Londres, ça vous pousse, à 24 ans, à continuer ?
Oui. J’avais dit que j’arrêterais après les Mondiaux 2009. Mais j’ai envie de disputer, à la maison, des Mondiaux qualificatifs pour les JO. Sur le plan corporel, à mon âge, la marge de progression est assez étroite, mais au niveau de l’artistique, de l’expérience, du ressenti sur la musique, je peux toujours faire mieux.

Vous aviez été sollicitée pour intégrer l’ensemble. Pourquoi avoir refusé ?
J’aime bien le regarder, mais je n’aime pas être à l’intérieur, ça me met trop de pression par rapport aux autres ; être cinq sur un praticable c’est beaucoup trop (rires). Je m’exprime mieux toute seule. Et puis, il aurait fallu venir s’entraîner toute l’année sur Paris. Je suis bien à Calais, j’ai mon entraîneur, mon professeur de danse, un bon suivi médical, tout ce qu’il me faut pour réussir.

Vos objectifs pour 2010 ?
Il y aura un premier tournoi fin février, à Moscou, puis beaucoup d’épreuves en France, à Calais, Thiais et Corbeil ; puis les championnats d’Europe mi-avril, en Allemagne ; les championnats de France en mai et, enfin, les Mondiaux, en septembre, également à Moscou.”

Propos recueillis par David Delporte – LaVoixDesSports