Communauté / Presse

Une vie en pôle – lettre d’Alexia

(Du forum gr-beautiful – cf liens) Je suis entrée au Pôle d’Aix en Provence (situé sur le creps d’Aix) en septembre 99. J’avais 11 ans et j’entrais en 6ème. Ma vie en pôle est très rythmée mais me satisfait pleinement. Je me lève à 6h30 et me prépare pour aller au collège. A 7h00 je me rends au self du CREPS pour prendre mon petit déjeuner et à 7h30 je prends la navette qui assure la liaison » CREPS – collège ». Je suis les cours au collège Arc de Meytan, en 4éme cette année. Mon emploi du temps est identique à celui de toute 4éme, mais seulement ‘concentré’ pour ne pas avoir d’heures de permanence entre 2 cours. A midi avec ma carte de priorité je fonce dans les premiers au self du collège pour y déjeuner. Ensuite entre 12h30 et 14h00 je vais dans une salle réservée aux sportifs avant de reprendre mes cours de l’après midi. Les cours finissent généralement soit à 15h00 soit à 16h00 (au plus tard). Je reprends alors la navette pour le CREPS et l’entraînement qui commence à 16h30. Pour gagner du temps je fais mon chignon et prends mon goûter pendant le trajet dans la navette. Je m’entraîne tous les jours y compris le samedi et environ 24h par semaine. Les entraîneurs du pôle sont aux nombre de 4 (Valérie et Sylvie Fabre, Julia Lazzerini et la grande Eva Serrano) ; 3 fois par semaine Corrine la prof de danse vient nous donner un cours de danse et puis 2 fois par semaine nous avons une préparation physique. Les entraînements sont difficiles et sans répits mais …. l’on obtient rien sans peine !!! Il y a des moments de découragement mais il faut savoir les dépasser très vite. Entre 19h30 et 20h00 je quitte le gymnase pour aller au self. Ce n’est qu’a 20h30- 21h00 que je regagne ma chambre pour un repos bien mérité.. Mais là entre la douche, les devoirs (s’il en reste à faire) et les discussions avec les copines, j’ai bien du mal a fermer les paupières avant 22h30 23h00 ! La vie en pôle est donc très trépidante mais elle me convient tout à fait et me permet d’avancer pour réaliser mes objectifs. J’ai acquis une grande autonomie ainsi qu’une énorme capacité à anticiper pour tout organiser seule et à temps. Il faut savoir se gérer et organiser son temps pour être à l’heure : par exemple lorsque je suis sélectionnée pour un tournoi international (ex : Calais le 28/30 mars dernier) je dois prévoir le taxi qui viendra me chercher sur le CREPS pour m’emmener à l’aéroport de Marseille, ensuite je prend l’avion … et hop … en route pour de nouvelles aventures… je dois biensûr penser à tout pour ne rien oublier (tenues de compétition, entraînements, maquillage, affaires de toilettes ..) car je suis seule et personne n’y pensera à ma place. Sur le CREPS nous bénéficions aussi de services annexes (médical, kiné, psychologue, diététicienne …) mais nous avons bien du mal à trouver du temps libre pour nous y rendre… Nous sommes 10 cette année sur le pôle GR, 7 internes et 3 externes, entre 11 et 15 ans). Le samedi il y a entraînement de 9h00 à 12h30, donc vers 14h10 je prends le taxi pour la gare routière d’Aix où je prends le car de 14h30 pour Nice ! Je suis enfin chez moi le samedi soir vers 17-17h30 pour en repartir le dimanche à 17h00. Le dimanche passe donc très très vite… et sans trop de relâche… il faut penser au linge et préparer la valise (parfois pour plusieurs semaines, car il arrive que les week-ends de compétitions s’enchaînent, ou les démonstrations) ! C’est le cas en ce moment … Enfin , toutes ces contraintes sont très vite oubliées quand on atteint ses objectifs… : quel bonheur! Je vient d’être 1ère aux coupes nationales d’Albertville ce week-end (5 et 6 avril 2003, championne Nationale A junior) et 3ème sur le tournoi international de Calais le week-end précédent! Que d’émotions… je suis heureuse, j’ai remplie ma mission ! Mon exigence avec moi-même et celle de mes entraîneurs à payer … Et puis, prochainement le verdict de ma sélection en équipe de France (mon objectif de toujours) c’est pour fin avril. Alors là tous les sacrifices des années précédentes sont le poids de la récompense ! Pour résumé je dirais que ma vie de gymnaste de GR de haut niveau en pôle est un concentré permanent d’émotions contradictoires mais complémentaires : de larmes et de pleurs mais aussi de fous rires inoubliables, de prises de becs et de réconciliations, de moments difficiles et de réconforts, de déceptions et d’euphorie, de blessures et de vrai bonheur, de travail encore et toujours et de récompenses, de découragements et de réconforts, de reconnaissance et de volonté, de jours sombres et de véritables passions, de blues lié à l’éloignement familial, compensé par le soutien de ma famille du pôle, que constitue mes copines, de périodes ou nous sommes tantôt adversaires ou rivales et tantôt partenaires et même « sœurs » ; de stress, d’exigences et de surpassement, d’échecs et de doutes de soi, mais aussi de grande fierté et de maîtrise de soi, de besoin d’aide et d’envie d’aider, etc. …… Et je n’oublierai jamais la puissance et la profondeur de toutes ces émotions pour faire remonter le meilleur de moi-même.

Alexia