Rétro du moment...

Un grand merci à Célia Joseph-Noël (Pôle d’Evry) et à Maëna Million (Pôle d’Orléans) d’avoir répondu présentes pour cette mini interview sur leur compétition au Grand Prix de Moscou (RUS) pour lequel elles ont positionné la France en 10 ème position du concours par équipe junior. Mais l’échéance était encore plus impressionnante puisque c’était l’occasion de pouvoir se qualifier aux prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires (ARG) et le pari a été fortement réussi grâce à leurs 15ème et 18ème place pour 18 quotas en jeu.

Bodychou : On se souvient de votre joie à la revue d’effectifs quand vous avez appris votre sélection au Grand Prix de Moscou pour représenter la France, c’était votre première sortie internationale de cette importance ? Comment l’avez-vous préparée ?
Maëna : Oui en effet le tournoi de Moscou était une grande première pour moi, même si j’ai eu la chance de participer à un tournoi en Pologne auparavant !
Ce tournoi à Moscou a demandé au niveau de mon entrainement plus de rigueur et de concentration.
Célia : Pour ma part, j’avais déjà participé au tournoi de Moscou l’année dernière (la Alina Cup) mais cette année, l’enjeu était plus important car il fallait que l’on gagne un ticket pour la France pour les JOJ. Bien sûr j’étais très contente d’apprendre que j’étais sélectionnée pour le tournoi de Moscou cette année encore.
Pour préparer cette échéance j’ai beaucoup travaillé avec mes entraîneurs sur la ligne de jambe et les «sans chutes». Nous avons aussi modifié quelques éléments techniques afin de complexifier l’enchaînement.

B : Un quota pour la France aux JOJ de Buenos Aires que vous avez décroché brillamment mais une seule place en jeu, c’est difficile à gérer ?
M. : Je pense qu’on a toutes les deux fait de notre mieux lors de ces qualifications, mais je sais qu’il n’y a qu’une seul place pour les JOJ. Et c’est Célia qui décroche le quota qui permettra à la France d’envoyer une gymnaste à Buenos Aires. Celia et moi nous nous entendons très bien.
C. : C’est vrai que nous étions toutes les deux dans les 18 premières, mais sachant qu’il n’y a qu’une seule place, ça reste une situation particulière. Mais en même temps cela nous oblige à travailler toujours plus car comme la qualification n’est pas nominative personne ne sait encore avec certitude qui partira et chacune veut montrer que c’est elle qui pourra porter les couleurs de la France aux JOJ.

B : Comment avez-vous appréhendé la compétition sur les quatre passages ?
M. : Je n’avais pas trop d’appréhension sur mes passages. Puisque je n’avais aucune idée d’où me placer sur cette compétition, je n’étais pas trop stressée. Je me suis dit que je n’avais qu’à faire mon travail le mieux possible, et que j’aurais une première approche de mon niveau international au vu des résultats.
C. : Une compétition sur quatre passages en un seul jour comme celle-ci, c’est assez fréquent dans les championnats de France et dans la plupart des compétitions mais le premier passage est toujours assez stressant car même en ayant fait un entraînement plateau la veille, l’adrénaline que provoque la compétition fait que l’on n’est pas toujours sereine. Plus la compétition avance et plus ce stress qui nous « bloque » s’en va pour ne garder que le bon stress.

B : A quel enchaînement vous êtes-vous sentie chacune le plus à l’aise ?
M. : Je pense que c’était aux massues puisque c’est un enchainement que je maîtrise plutôt bien.
C. : Chaque enchaînement est différent à aborder mais pour moi celui où j’étais le plus à l’aise est mon cerceau (c’est aussi le dernier engin que j’ai passé), je me suis sentie plus détendue et complètement dans mon enchaînement pour donner le meilleur de moi-même. Pourtant cette année c’est ce même enchaînement que je trouvais le plus difficile à maîtriser.

B : Quelles sont les prochaines échéances sur lesquelles on vous retrouvera cette année ?
M. : On a pu me voir à la Strass Cup à Strasbourg, mais je serai aussi aux championnats de France à Rodez et au tournoi de Sophia en Bulgarie avec Manelle Ihnao, Hélène Karbanov et Maëlle Millet.
C. : Je ne suis pas qualifiée pour le tournoi de Sofia (BUL), je serai donc au championnat de France Élite au mois d’avril et j’effectuerai entre temps des démonstrations. Et je l’espère être sélectionnée pour représenter la France aux Gymnasiades en mai, mais surtout aux Championnats d’Europe au mois de juin. C’est toujours un honneur de représenter la France dans ce type de compétition. Je suis très motivée pour le Championnat d’Europe parce que c’est une aventure collective avec les autres juniors, mais aussi avec l’ensemble France Sénior. Ce serait vraiment génial de partager ce moment avec elles.

B : Avez-vous une gymnaste nationale et/ou internationale comme modèle ou que vous admirez ?
M. : Je pense que ma gymnase modèle est et restera Eva Serrano, c’est une gymnaste qui avait une grâce et une expression magnifique qui s’accordaient parfaitement à sa souplesse et sa technique à l’engin.
C. : J’aime beaucoup Margarita Mamun comme gymnaste car elle arrive à manier l’engin avec une grande facilité comme les sœurs Averina qui font des éléments techniques incroyables à l’engin. J’aime aussi le côté artistique et l’originalité des combos de Galkina car elle emmène le public dans ses enchaînements, tout est lié et fluide.

B : Le petit mot de votre entraîneur sur cette compétition et pour la suite ?
M. : Mes entraîneurs, Isabelle André et Snejana Mladenova m’ont félicitée de mon travail et de mon comportement lors de cette compétition où elles m’ont suivi sur un live puisque qu’elles n’ont pas pu m’accompagner. Je suis partie avec l’entraineur de Célia, Iryna Nekhoroshkova.
Mais elles, tous comme moi, sommes conscientes qu’ils faut encore beaucoup de travail pour espérer être qualifiée sur d’autres compétitions de ce niveau!
Iryna Nekhoroshkova : Je trouve que Célia a fait une très bonne compétition ! Elle a bien géré le stress et a montré le travail accompli pour la préparation de cette échéance. Elle a eu une attitude très positive. Elle est à l’écoute des conseils pour valoriser encore ses points forts et progresser sur ses points faibles. Notre équipe fera tout pour que Célia atteigne son objectif.

Photos : © Fanny Cortyl – Maëna Millon / Hervé Boniface – Célia Joseph-Noël

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Le Grand Prix de Moscou fait toujours partie des grands événements qui marquent le début de la saison. Si les gymnastes en lice s’affrontaient ce weekend avec de tous nouveaux enchaînements pour la plupart, la journée de jeudi était quant à elle très importante puisqu’il s’agissait des qualifications européennes pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se dérouleront à Buenos Aires (ARG) au mois d’octobre. Les deux tricolores engagées ont particulièrement brillé en s’inscrivant dans les 18 quotas alloués sur les 56 participantes inscrites. Célia Joseph Noël (Pôle d’Evry) se qualifie en 15ème position alors que Maëna Million (Pôle d’Orléans) se classe 18ème ! Petite déception néanmoins pour cette dernière qui ne partira pas aux Jeux puisqu’une seule représentante par pays repartait avec le précieux ticket. C’est en tous cas un sans faute qui présage toujours beaucoup de bon pour la suite. Bravo à elles ! Attention, le quota est alloué à la délégation et n’est pas nominatif !
La France s’inscrit en 10ème position de la compétition junior par équipe.

Quant au Grand Prix, Axelle Jovenin (Pôle de Calais) se classe 21ème sur 42 participantes en signant quatre passages sans chute. Kseniya Moustafaeva a repris, il y a peu, le chemin de l’entraînement depuis son retour de blessure et compte bien se remettre à niveau le plus rapidement possible. Reste plus qu’à lui souhaiter le meilleur !

Toujours en individuel, la championne du monde, la russe Dina Averina remporte le concours général ainsi que les finales au cerceau et aux massues. Elle décroche l’argent au ballon malgré une sortie. A l’issue de son enchaînement aux massues, elle se luxe la hanche et déclare forfait pour la finale du ruban.
Sa jumelle Arina, vice championne du monde, décroche la deuxième place au général. Engagée en finale du cerceau et du ballon, elle déclare forfait avant la compétition. Je n’en connais pas les raisons.
Pour continuer avec les russes, Yulia Bravikova se classe 3ème mais ne ne se qualifie pas en finale, n’obtenant pas des scores supérieurs à ses coéquipières (2 gyms maxi / pays). C’est donc Aleksandra Soldatova, très attendue en ce début d’année, 4ème, s’illustre aux massues et au ruban en finale et remporte l’argent. Elle présente, comme les autres, un très haut niveau de difficultés, mais n’aura pas réussi à réaliser un seul sans faute de tout le weekend.

© FFG – Célia Joseph-Noël et Maëna Millon avec la délégation française

La bulgare Boryana Kaleyn, 10ème du concours général, réalise une belle performance au ballon et remporte l’or sans problème en finale. Elle décroche l’argent au cerceau et le bronze au ruban. Sa chute aux massues lors des qualifications ne lui permet pas de participer à cette finale. Très soutenue par les français, les supporters avaient autant d’yeux pour elle que pour Axelle puisque Boryana s’entraînait jusqu’à maintenant au Pôle de Strasbourg et matchait aussi sur les compétitions françaises. Bien que ce soit pas une surprise, elle fait véritablement partie de la relève bulgare !

La biélorusse Ekaterina Galkina, 5ème et certainement la plus expérimentée de toutes, réalise des passages en demi-teinte en finale avec notamment deux échappés au cerceau. Elle remporte tout de même l’or au ruban (perso, j’adore !) et le bronze au cerceau et au ballon.

Nouvelle venue sur le circuit sénior, l’israélienne Yuliana Telegina se hisse sur la 3ème marche du podium aux massues.

Du côté des ensembles, seuls quatre ensembles étaient en compétition. La Russie remporte le titre au concours général devant les bulgares et les finlandaises. L’Ouzbékistan reste 4ème. En finale, les bulgares inversent la tendance avec un passage aux 5 cerceaux vraiment sublime qui ne fait aucun doute avec les hésitations des russes. Elles décrochent ainsi l’or aux cerceaux et l’argent aux cordes-ballons. Les russes reprennent le dessus au combiné.
Sans surprise, les finlandaises sont 3èmes aux deux passages et les ouzbeks, 4èmes.

Qualifications juniors JOJ Buenos Aires : cliquez-ici !
Résultats GP + autres concours : cliquez-ici

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Mélany Duval (Calais GRS) décroche son second titre en Nationale A 18 ans et plus aux championnats de France de Besançon le weekend dernier. Elle a gentiment accepté de me faire part de ses impressions.

Bodychou : Une seconde victoire à ces championnats de France ? Logiquement facile ou pas du tout ?
Mélany Duval : En effet, c’est la 2ème année consécutive que je tiens vivement à remercier mon entraîneur et toutes les personnes qui m’ont soutenue et accompagnée.
En revanche, je ne pense pas que la victoire était facile car toutes les gymnastes avaient toutes un bon niveau. Comme Lisa Baudin et Maelle Hermelin qui, elles, etaient déjà sur le podium dans la catégorie Nationale A 16/17 ans l’an passé. Mais je ne vais pas le cacher, je suis venue ici pour gagner et conserver mon titre.

B : Comment as-tu préparé cette compétition ?
MD : J’ai été déscolarisée une semaine avant les championnats de France pour les préparer au mieux en plus de mes horaires habituels d’entraînement.

B : Vers un 3ème titre en 2019 ?
MD : Je ne dirais pas non à un 3ème titre, ce serait tellement incroyable !

B : Quelle est la différence pour toi entre concourir en élite et depuis quelques années en Nationale A ?
MD : Je dirais que la seule différence concerne la charge de travail un peu moins conséquente puisque nous n’avons plus que 2 engins au lieu de 4.

B : On te voit tout sourire à l’issue de tes passages et à l’annonce du résultat, qu’est-ce qui aujourd’hui te fait le plus vibrer ?
MD : Le fait d’être une seconde fois championne de France !!!

B : Quelles gymnastes admires-tu ?
MD : Ma préférée restera la russe Margarita Mamun, championne olympique à Rio en 2016 mais j’aime beaucoup le travail de l’italienne Alexandra Agiurgiuculese et de la géorgienne Salome Pazhava.

B : Comment as-tu commencé la GR ?
MD : En baby gym à l’âge de 3ans, puis j’ai intégré le sport études en CE2 jusqu’à aujourd’hui encore.

B : Tes projets à côté de la GR ?
MD : Je suis en 2ème année de STAPS pour pouvoir passer le CAPEPS et devenir ainsi enseignant d’E.P.S.
Je fais également du hip hop depuis maintenant 3-4 ans, c’est une activité très différente de la GR mais que j’adore pratiquer.

B : L’engin que tu préférais à tes débuts et maintenant avec l’expérience ?
MD : Mon engin préféré à mes débuts, c’était la corde mais maintenant c’est les massues car je me sens plus à l’aise même si j’aime beaucoup les autres engins.

B : Un message pour les petites GR en devenir ?
MD : Qu’il faut toujours s’accrocher à ses rêves car tout est possible. Qu’il ne faut surtout pas abandonner peu importe les difficultés. Et toujours se faire plaisir sur le praticable !

Crédit photo © Fanny Cortyl

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

C’est à Besançon que se déroulait le premier championnat national de l’année, tant attendu depuis la rentrée pour le Trophée Fédéral et les Nationales A, B et C.

Nationale A 10-11 ans : Margot Tran (Union Hoerdt) décroche le titre de championne de France des gymnastes Avenir nées en 2007 et obtient la meilleure note au passage mains libres. Elle devance Margot Guerigen (Thionville), meilleur score au ballon, et Alyssia Marchon (GRS Paris Centre) qui n’est autre que la soeur cadette d’Eloïse, actuellement membre de l’ensemble France à l’INSEP. Cependant, au classement qui ne délivre pas le titre de championne de France, la russe Darya Shlapak, licenciée au club de GRS Paris Centre, termine en 2ème position.
Line Pouvreaux (Union Hoerdt) est également championne de sa catégorie d’âge (2008) devant Chloé Ineze (ASPTT Nice GR) et Zoé Kiener (ASS Thionville GR).

Nationale A 12-13 ans : Anna Khutsishvili (Strasbourg GRS) s’empare du titre après avoir obtenu la meilleure note aux deux passages au ballon et au ruban. Clara Dietrich (AS Belfortaine) reste en seconde position et Margot Souiounov (Alliance Dijon Gym 21) monte sur la 3ème marche du podium. Cependant, au classement qui ne délivre pas le titre de championne de France, la russe Arina Volosova, licenciée au club de GR Pollestre, prend la tête de la compétition.

Nationale A 14-15 ans : Marie Tarodo de la Fuente (Montpellier 3M GRS) prend la tête de sa catégorie après deux passages réguliers. Elle était talonnée de très près par l’alsacienne Mérédith Arnaud (Illkirch Graffenstaden) qui malgré la plus belle note au cerceau, reste derrière Marie suite à des erreurs au ruban. Eloïse Baron (Alliance Dijon Gym 21) est 3ème.

Nationale A 16-17 ans : Eléa Giuliano (Sporting Club Mouans Sartoux Gymnastique) remporte le titre en obtenant le meilleur score au passage avec l’engin libre. Elle devance Tissia Aliane Germain (GRS Paris Centre) et Eva Antoine (Ass. Thionville GR). Cependant, ce n’est autre que Lalie de Horsey du Stade Laurentin GR, 6ème, qui décroche le plus haut score aux massues, passage obligatoire de cette catégorie.

Nationale A 18 ans et + : En toute logique, on retrouve la calaisienne Mélany Duval sur la plus haute marche du podium pour la seconde année consécutive. Elle devance Lisa Baudin (Montpellier 3M GRS) et Maëlle Hermelin (S.M. Orléans Gymnastique)

© Fanny Cortyl – La joie éclatante de Line Pouvreaux à l’annonce de sa victoire

Nationale B 10-11 ans : Nirisoanav Andriananantany (Gym’Paris 15) prend la tête après un très beau passage au ballon devant Lina Jacquot (ASS. Thionville GR) et Velina Pusiol (GR Bourgoin Jallieu). Cependant, au classement qui ne délivre pas le titre de championne de France, la bulgare Ema Stoïtchkova, licenciée au club omnisports de Bandol, termine en 2ème position.

Nationale B 12-13 ans : La belfortaine Lisa Girard décroche le titre avec le meilleur score à la corde. Elle devance Inès Belabbas (Corbas GR) et Clémentine Guillou (Coquelicot Toulouse Gym). Sabine Sehrine (Gymnastique Club de Wissous), 4ème, prend la meilleure note à l’enchaînement mains libres.

Nationale B 14-15 ans : Marie Caillat (GR Aix-en-Provence) s’empare du titre avec un bon total points sur ses deux passages. Mais c’est Mathilde Razzolini, 2ème et fière représentante du club organisateur qui remporte la meilleure note au ballon et Lou Augustin (AEB Gym Chambéry), 4ème, la meilleure aux massues. Héla Mange (AS Béziers Gymnastique) se classe 3ème.

Nationale B 16-17 ans : Alla Seredkin (Strasbourg GRS) prend la tête de sa catégorie avec plus de deux points d’avance. Elle dame le pion à Emma Tardiveau (Clio Club) et Romane Petitjean (Jeunesse Laïque de Bourg GR). Cependant, au classement qui ne délivre pas le titre de championne de France, la russe Anna Malesnnikova, licenciée à l’ASPTT Nice GR, termine en 2ème position.

Nationale B 18 ans et + : Léa Zanon (ASS Thionville GR) remporte le titre devant la lyonnaise Déborah Legac-Plaziat, meilleur score au ruban, et Charline Singer (Espérance Pfastatt), meilleure score au cerceau.

Nationale C 12-13 ans : Place à la corde avec la victoire de Juliette Chapon (AS Belfortaine) devant Alexandra Podgorska (GRS Paris Centre) et Elodie Pegeot (Dynamique Bisontine).

Nationale C 14-15 ans : Alice Vigne (ASPTT Nice GR) s’empare de la victoire devant Romane Allard (Saint-Nazaire GR) et Camille Roat (Club Gymnique Rillieux).

Nationale C 16-17 ans : Lo Ann Pascal (ASS Thionville GR) décroche le titre devant Chloé Ducrocq (ASS Gymnique Rémoise) et Mathilde Valette (Dynamique Bisontine).

Nationale C 18 ans et + : Camille Marchenoir (S.M. Orléans Gymnastique) devance la strasbourgeoise Audrey Hoefler et la bordelaise Clara Stutzmann.

Pour les « Trophée Fédéral », Justyna Havlik du club la Blésoise remporte le titre de championne France chez les 10-11 ans après un joli exercice au ballon devant Maëlys Lacour (Festoise et Maissoise GRFM) et Clara Michon, autre fière représentante de Besançon.
Les 12-13 ans concouraient quant à elles, aux massues, et c’est Charlotte Bernard (Avenir Gymnique Lons-le Saunier) qui prend la tête devant Solene Perrier (Marseille) et Lola Cavallaro Meyer (Thionville).
Au tour du ruban pour les 14-15 ans dont la rotation s’achève par la victoire d’Elia Visisombat (Ermont) qui devance Léa Cutayar (Annecy) et Lan-Vy Nguyen (Cergy Pontoise).
Chez les 16-17 ans qui s’illustraient au cerceau, la lyonnaise Marie Sauvage repart victorieuse devant Lisa Gialdrone (La Ferté Alais) et Théa Chaduteau (Sucy-en-Brie).
Au tour de la corde, qui manque tant à l’international, avec les 18 ans et plus dont la victoire revient à l’orléanaise Camille Rodriguez devant Eva Maunier (SCOSM Marseille) et Marie Pebrel (ASC Pessac Alouette).

Résultats complets : cliquez-ici !

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté