Rétro du moment...

Le championnat de France par équipe et des ensembles se déroulait dans la ville ensoleillée de Nîmes en même temps que les championnats d’Europe de Budapest (HUN).
En Nationale 1, Solliès a particulièrement brillé de sa prestation (E1 + Candice Dupont + Gillian Léopold). Elles devancent Orléans (E1 + Yoana Nikolova + Chloé Sivadier), Chloé intègrera l’INSEP dès le mois prochain pour se préparer avec l’ensemble France en vue des prochains championnats du Monde de Pesaro. Elle avait remporté le bronze aux derniers championnats de France Elite à Pfastatt derrière Kseniya Moustafaeva et Axelle Jovenin.
Quant à Calais, l’équipe (E1 + Mélany Duval + Hélène Karbanov) se classe en 3ème position. Mélany a été sacrée championne de France individuelle en National A à Chambéry et Hélène, vice championne de France Elite junior à Pfastatt.

En Nationale 2, Montpellier (E1 + Lisa Baudin + Erika Zafirova (BUL) décroche le titre devant Villeneuve d’Ascq (E1 + Nadège Coulon + Carole Misrachi) et Chambéry (E1 + Organe Begon + Canelle Coppin).

En Nationale 3, on retrouve le Stade Laurentin en tête (E1 + Marine Letul + Manon Philippe). Marine, titulaire dans le dernier ensemble France, a rejoint le sud et est désormais entraîneur à Saint-Laurent-du-Var. Elle n’a pas hésité à rechausser ses demi-pointes pour matcher aux côtés de son équipe et leur permettre ainsi de remporter la victoire.

En Nationale 4, Bourgoin Jallieu (E1 + Asya Ivanova + Marielle Soares) s’impose devant Bourg-en-Bresse (E1 + Romane Petitjean + Marion Putigny) et Marseille (E1 + Clémentine Chambert + Emilie Lestrelin).

Pour les duos 13 ans et plus, Dijon prend la tête de la compétition devant Mouans Sartoux et Chambéry alors que pour les TC, Corbas s’empare de la 1ère place devant Fortschwihr et La Garde.

Chez les 10-11 ans, l’ensemble d’Orléans devient champion de France de sa catégorie devant Grenoble et Solliès. Calais remporte le titre chez les 13 ans et moins devant Grenoble et Belfort alors que Canet en Roussillon s’impose chez les 15 ans et moins devant Belfort et Pfsatatt. Enfin, chez les 17 ans et moins, c’est l’ensemble de Ballainvilliers qui prend la victoire devant Ecully et Grenoble.
Pfastatt décroche la dernière médaille d’or mise en jeu chez les ensembles TC devant Villeneuve d’Ascq et Thiais.

Du côté de la finale Esthétique, Béziers crée une belle surprise en s’imposant devant Villeneuve d’Ascq et le Stade Laurentin.

Résultats : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

La dernière fois que la capitale hongroise avait reçu les championnats d’Europe, c’était en 1999, dix huit ans déjà… Année impaire oblige, le format de ce championnat consistait en un concours par équipe regroupant les individuelles séniors et les ensembles juniors (CI), soit 25 équipes sur 66 nations représentées, ainsi que les finales par spécialité (CIII).
La France ne s’inscrit pas dans le concours par équipe puisqu’il n’y a pas actuellement d’ensemble junior. Mais les individuelles misaient également autre chose : le top 24 afin de pouvoir se qualifier à l’édition 2018 qui décernera la championne d’Europe en titre !

Axelle Jovenin (Pôle de Calais), entraînée par Katia Guillière, aura manqué de 0,100 points seulement sa qualification en se classant 25ème. Malheureusement, c’est au ballon que le bas blesse puisque elle termine son passage sans engin. Les trois meilleures notes sont prises en compte pour les gymnastes qui présentaient leurs quatre enchaînements, mais ce sont les imprécisions de ses autres passages, notamment au cerceau et aux massues qui ne permettent pas d’obtenir une seconde qualification pour la France.
Le nouveau code s’étant en plus renforcé, on a pu s’apercevoir que les gymnastes étaient encore fébriles et que les notes allaient décidément en conséquence. Mais c’est également plaisant de revenir à une gymnastique rythmique digne de celle des années 1990. Kseniya Moustafeava (INSEP) a même dû changer plusieurs éléments une semaine seulement avant le championnat, ce qui ne lui a pas rendu la tâche facile. Déjà retardée dans sa préparation en début d’année pour blessure à l’épaule, elle se qualifie pourtant en 9ème position dans le top 24. Elle se sera faite une grosse frayeur au cerceau après une lourde chute sur le dos pour empêcher une sortie de praticable. Elle intègre également la finale des massues pour laquelle elle se classera 6ème malgré un lâché. Finaliste des derniers JO, elle est entraînée par Svetlana Moustafaeva qui n’est autre que sa maman.

Les russes sont sans surprise sacrées une nouvelle fois championnes d’Europe par équipe, ainsi qu’aux dix massues pour l’ensemble junior et aux quatre finales individuelles. Dina Averina décroche l’or au cerceau et au ruban et l’argent aux massues alors que sa jumelle Arina s’empare du titre au ballon et aux massues. Si Dina s’est fait une frayeur avec un lâché et de grosses imprécisions au ruban, elle profite des erreurs des autres compétitrices pour s’emparer du titre européen à cet engin.
Leur coéquipière Aleksandra Soldatova, favorite de la compétition, se contentera de l’argent au cerceau et au ballon. Qualifiée en finale du ruban, son troisième et dernier engin du weekend, elle rate complètement son enchaînement et se classe 4ème, au pied du podium.

Vice championnes d’Europe par équipe, les biélorusses ne remporteront qu’une autre médaille de ces championnats après beaucoup d’erreurs en finale. C’est Alina Garnasko qui décrochera donc le bronze au ballon.

Les bulgares sont, quant à elles, médaillées de bronze par équipe. Pas de podium non plus en finale pour l’ensemble mais en individuel, Katrin Taseva et Neviana Vladinova remportent respectivement l’argent et le bronze au ruban.

Du côté d’Israël, l’ensemble junior décroche le bronze derrière l’Italie et Linoy Ashram récupère également le bronze au cerceau et aux massues.

Les 16 nations qualifiées pour les CE 2018 (CII 24 places) :
2 places : RUS – ISR – BUL – BLR – UKR – ITA – AZE – ROU
1 place : FRA – GRE – GEO – HUN – EST – ESP – AUT – ARM

Ce nouveau cycle est teinté de beaucoup de surprises avec un nouveau code qui rechange complètement la donne des dernières années. L’Ukraine qui n’est plus en pole position depuis le départ d’Anna Rizatdinova, inscrit tout de même deux gymnastes dans le top 24. Pour ma part, je n’étais pas convaincue par Olena Diachenko, mais ce n’est que mon opinion.
C’est toujours une bonne nouvelle de voir de nouveaux pays intégrer les nations qualifiées comme l’Arménie avec la montée en puissance de Iasmina Agagulian. La Roumanie comptabilise également deux places, ce qui n’était pas arrivé depuis près de vingt ans. Portée par l’ancienne championne Irina Deleanu, la GR est revenue en force depuis deux ans avec Ana Luiza Filiorianu, olympienne à Rio (BRA). La dernière fois c’était en 1996 à Atlanta, que la Roumanie s’était qualifiée aux Jeux Olympiques, soit vingt ans plus tôt.

Hormis la déception d’Axelle Jovenin de ne pas faire partie des 24, j’ai également un peu tiqué sur la non qualification de l’espagnole Sara Llana qui se classe 27ème. Elle me rappelle d’ailleurs beaucoup Esther Dominguez dans les années 2000, pour ceux qui se souviennent…

Site de l’événement : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Le tournoi de Sofia (BUL) s’est achevé ce weekend avec l’impeccable victoire au concours général de la bulgare Neviana Vladinova, 7ème finaliste des Jeux Olympiques de Rio. Elle remporte également l’or au cerceau, au ballon et au ruban. Elle devra se contenter de l’argent aux massues suite à un lâché sur un rattrapé.
Quant à sa coéquipière, Katrin Taseva, elle décroche l’argent au général malgré de grosses hésitations au cerceau et s’empare du bronze au ruban. Elle ne se classera que 4ème au ballon et 7ème aux massues après des erreurs.

L’israélienne Linoy Ashram s’empare du bronze aux qualifications après de beaux passages, malgré un échappé au ballon qui la desservira de nouveau en finale puisqu’elle terminera en 8ème et dernière position avec trois échappés dont une sortie de praticable sur son rattrapé entre les jambes au sol. Heureusement, elle pourra se consoler avec une médaille d’argent au cerceau et une de bronze aux massues. Elle se classe 4ème au ruban.

Du côté biélorusse, Ekaterina Galkina, 5ème après deux échappés au ballon et des erreurs aux massues, elle décroche l’argent au ruban et le bronze au cerceau. Alors que la jeune Alina Garnasko remporte la finale aux massues et le bronze au ballon.

La grosse surprise des finales est enfin l’italienne Alexandra Agiurgiuculese, 13ème au concours général, qui décroche l’argent au ballon. Elle s’était également qualifiée in extremis au ruban et se classe en 8ème position.

Chez les ensembles, les bulgares remportent sans difficulté, à domicile, le concours général mais elles se font damer le pion par les ukrainiennes qui prennent la tête à chaque finale. Au coude à coude, elles avaient décroché la médaille d’argent à moins de 0.400 points de leurs rivales.

Les biélorusses, très régulières, s’emparent du bronze aux qualifications et aux deux finales.

Résultats : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

En même temps que le tournoi de Bakou (AZE) avait lieu celui de Corbeil-Essonnes en France. La France y était d’ailleurs fortement représentée, notamment chez les juniors, de quoi séduire le public averti de l’incontournable salle de GR…

Chez les juniors qui disputaient un concours général, la compétition est remportée par la russe Polina Orlov devant la biélorusse Anastasia Salos et l’israélienne Natalie Raits.
Quant à nos petites tricolores, Célia Joseph-Noël (Evry) se classe 5ème, Valérie Romenski (Calais), 7ème, Manelle Inaho (Evry), 9ème, Maëlle Millet (Montpellier), 11ème et Lozea Vilarino (Strasbourg), 12ème.

En sénior, la compétition est remportée par la russe Ekaterina Vedeneeva qui s’impose également en finale des massues et du ruban. L’italienne Milena Baldassarri prend la seconde place des qualifications damant le pion à une autre russe, Ekaterina Selezneva, 3ème, qui décroche pourtant l’or au cerceau et au ballon et l’argent aux deux autres engins.

La tricolore Axelle Jovenin (Calais) réalise une belle compétition et se classe 8ème en se qualifiant à trois finales sur quatre. Elle prend la 6ème place au cerceau et au ruban et la 7ème place aux massues.

finals day –> hoop, clubs and ribbon 🙏🏼🇫🇷🍀

Une publication partagée par axelle (@axelle_jovenin) le

Les ensembles étaient, comme de coutume, en démonstration et les françaises étaient bien entendu présentes. Il y a cependant un petit changement dans l’équipe puisque Camille Ay a décidé de mettre un terme à sa carrière de sportive de haut niveau.

Je me suis blessée (NDLR : une grosse entorse de la cheville qui a nécessité la pose d’un plâtre) dès le 2ème jour de mon arrivée à l’Insep, le 17 août dernier. Je n’ai pas réussi à m’intégrer dans ce nouvel environnement car j’ai passé plus temps avec les kinés puis à réviser pour mon Bac. De plus, ma famille me manquait et je n’avais pas fait le bon choix pour mes études.
J’ai renoncé à mon rêve de haut niveau mais je ne suis pas fâchée avec la GR. J’irai d’ailleurs frapper à la porte de mon club à Évry pour éventuellement entrainer les jeunes. – Camille Ay – FFG

C’est Chloé Sivadier, du Pôle d’Orléans, qui intègrera le collectif au mois de juin à l’INSEP, en vue de se préparer pour les championnats du Monde de Pesaro en septembre. Elle rejoindra ses futures coéquipières : Danaé Collard, Hélène Deconninck, Eloïse Marchon, Iliona Prioux, Astrid-Appoline Rabette et Elisabeth Rachid.

Retrouvez l’article complet sur le site de la FFG : ‘Du mouvement dans l’ensemble GR

Résultats : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté