Rétro du moment...

Les championnats de France Elite se déroulaient ce weekend à Rodez avec la toute première consécration en sénior pour Axelle Jovenin (Le Réveil Boulogne-sur-Mer / Calais) qui prend le pas sur les cinq titres consécutifs de Kseniya Moustafaeva. Cette dernière étant en retour de convalescence, elle reprendra la compétition dès les Jeux Méditerranéens de cet été.
Un peu fébrile en finale, Axelle prend l’or aux massues et l’argent au cerceau. Elle commet de grosses erreurs au ballon et se classe 6ème à cet engin et 4ème au ruban.

Sa coéquipière Valérie Romenski (La Nantaise / Calais) s’illustre en 2ème position. Lors des finales par engin, elle décroche le bronze au ballon avec une belle technicité.

Au classement France, la belfortaine Mathilde Monnin (Pôle Strasbourg) s’empare du bronze. Hors classement France, c’est l’ukrainienne Sofia Ustymova (Montpellier 3M / Montpellier) qui est 3ème.

En junior, Célia Joseph-Noël (Issy-les-Moulineaux / Evry) est logiquement sacrée championne de France. Par catégorie d’âge, voir les résultats détaillés via le lien ci-dessous. Célia avait permis à la France de se qualifier aux prochains Jeux Olympiques de la Jeunesse qui se dérouleront en octobre à Buenos Aires (ARG). Elle remporte également l’or au cerceau et au ruban et l’argent aux massues.
La calaisienne Hélène Karbanov dame le pion à l’orléanaise Maëna Million et prend la seconde place du podium. Elle décroche également l’argent au ballon et le bronze aux massues et au ruban avec beaucoup d’élégance.
Maëna Millon, médaillée de bronze, reste cependant très prometteuse depuis le début de l’année et s’empare d’une magnifique médaille d’or au ballon, de l’argent au ruban et du bronze au cerceau.

© Annie Photographies – Podium sénior

Chez les espoirs, Janène Carilien (Vigneux sur Seine) crée une véritable surprise en prenant la première place du podium, on voit déjà en elle le futur de la GR française. La 2ème place revient d’ailleurs à son amie de longue date Camille Balestriero, également issue du club de Vigneux. C’est la toute jeune strasbourgeoise Anna Khutsishvili qui complète ce dernier podium.

Résultats complets par catégorie et catégorie d’âge : cliquez-ici !

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Très attendue mais malheureusement sans rediffusion pour les fans hors Italie, l’étape Coupe du Monde (Challenge World Cup) se déroulait ce weekend à Pesaro. Avec deux superbes 5ème place, l’ensemble France a particulièrement brillé aux cerceaux en finale (17.150) et aux qualifications (18.150). Malheureusement, l’équipe est complètement passée à côté de son passage au ballons/cordes en obtenant la moins bonne note de la compétition (11,650) et une pénalité de 0,300 points. Elles dégringolent donc en 11ème position au concours général.
(Composition 5 cerceaux : Danaé Collard, Hélène Deconninck, Eloise Marchon, Iliona Prioux, Elisabeth Rachid
Composition 3 ballons + 2 cordes : Danaé Collard, Hélène Deconninck, Eloise Marchon, Elisabeth Rachid, Chloé Sivadier
)
En individuel, Axelle Jovenin (Pôle de Calais) se classe 21ème sur 52 participantes avec un beau cerceau couronné d’un 15.150 bien mérité !

Les italiennes à domicile remplissent leur contrat et décrochent l’or au général et à chaque finale avec des enchaînements et des difficultés au dessus des autres. Avec l’absence des bulgares, également favorites à la plus haute marche du podium, et sans grosses erreurs, la première place était assurée pour les Farfalle Azzurre.
Les biélorusses, médaillées d’argent au général, commettent trop d’imprécisions et de lâchés en finale pour espérer un podium.
Ce sont les russes qui s’accrochent à la 3ème place avec une seule médaille en finale : l’argent au combiné. C’est la Chine qui surprend un peu tout le monde et dont les résultats font débat puisqu’elles remportent le bronze au général et aux ballons/cordes et l’argent aux cerceaux. Attention aux prochaines échéances, elles risquent encore de beaucoup surprendre, notamment avec les qualifications olympiques qui arrivent dans quelques mois à peine.
Les israéliennes, quant à elles, s’emparent du bronze aux cerceaux. Malgré ce beau résultat, elles sont quelque peu en dents de scie depuis la reprise de la saison, il faudra voir par la suite au même titre que les azéries dont les résultats changent d’une compétition à l’autre…

Chez les individuelles, la russe Dina Averina, championne du Monde, fait la part belle à la compétition en décrochant l’or au concours général, au ballon et au ruban. Elle commet de grosses erreurs aux massues qui l’éloigne définitivement du podium. Au cerceau, elle se fait damer le pion à quelques points près, par sa jumelle Arina Averina qui décroche l’or en finale. 4ème des qualifications, elle s’empare également du bronze au ruban.

La bulgare Katrin Taseva, médaillée d’argent au général, prend l’argent au ruban ainsi que le bronze au cerceau et aux massues.

En troisième position du podium général, on retrouve l’israélienne Linoy Ashram qui s’empare de l’or aux massues et de l’argent au ballon.

Enfin, la jeune biélorusse Anastasia Salos, 7ème, profite des erreurs de ses rivales en finale pour récupérer le bronze au ballon au même titre que l’ukrainienne Vlada Nikolchenko, 13ème, qui s’arrache l’argent aux massues sur un style vraiment propre à l’école Deriugina.

Cette étape signait le grand retour de la bulgare Neviana Vladinova, absente pour blessure ces dernières semaines, mais la reprise était plutôt fébrile avec énormément d’erreurs sur ses passages. On est certain qu’elle va peaufiner tout ça rapidement, surtout quand on sait que les mondiaux se dérouleront à Sofia, chez elle. Mais pas de pression, surtout !

Résultats : cliquez-ici !

Crédit photos © Ulrich Faßbender

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Etape Coupe du Monde à Sofia (BUL), l’ensemble France se classe 12ème sur 18 équipes. Encore des erreurs sont à déplorer, notamment au niveau d’une série d’échanges, mais beaucoup de travail dans l’ensemble et de belles difficultés ont été réalisées. Toutes les meilleures équipes étaient présentes, ce qui est également une bonne mise en situation pour la suite. En tous cas, elles se donnent à fond et c’est déjà le plus important !

La Bulgarie s’impose à domicile avec de superbes compositions, nettement au dessus du lot depuis le début de la saison. Elle ne remportera pourtant que le bronze au combiné cordes/ballons. Talonnée de près par les japonaises, ces dernières, médaillées d’argent, surprennent par leurs compositions originales. Elles prennent encore l’argent aux cerceaux et s’emparent de l’or au combiné en finale. Elles sont prêtes à peaufiner chaque détail en vue de se qualifier dès le mois de septembre pour les Jeux de Tokyo et garantir sans joker, leur participation olympique chez elles.

Quant aux italiennes, elles commettent les mêmes erreurs que les françaises aux cerceaux sur les échanges et restent en 3ème position au général et aux cerceaux en finale et en 2ème position au combiné, toujours en finale.

Les ukrainiennes, très bien classées au Grand Prix de Thiais, ont reculé en 6ème position au concours général derrière les russes et les biélorusses. La Russie semblait être une équipe réserve sauf s’il s’agit d’une refonte complète de l’équipe, mais je ne pense pas…

© Anna Nedkova Photography – L’ensemble France, 12ème au concours général

En individuel, Axelle Jovenin (Pôle de Calais) se classe 29ème sur 56 participantes.

La russe Aleksandra Soldatova s’impose sur cette compétition au général malgré une erreur de trajectoire au cerceau qui lui fait changer de direction ses souplesses avant, ainsi qu’aux finales du cerceau et du ballon. Médaillée de bronze aux massues, elle ne termine que 4ème au ruban suite à une chute sur son premier lancé.
Elle devance sa coéquipière Ekaterina Selezneva qui prend la médaille d’argent au ballon, le bronze au ruban, la 5ème place aux massues et une malheureuse 7ème place au cerceau après un échappé couronné d’une sortie sur un rattrapé du pied.

Cette étape bulgare permettait également de retrouver l’israélienne Linoy Ashram, médaillée de bronze des derniers championnats du Monde de Pesaro 2017. 3ème au concours général, elle s’impose au ruban en finale et ne monte sur aucun autre podium. 4ème au ballon et aux massues, elle occupe une décevante 8ème place au cerceau, pourtant l’un de ses engins phare en raison de deux lâchés dont une sortie à cet enchaînement.

Devant son public, la bulgare Katrin Taseva, 4ème, prend une belle revanche en finale en allant s’emparer de l’or aux massues, de l’argent au cerceau et au ruban et du bronze au ballon, médailles largement méritées tant pour sa fabuleuse exécution que pour l’émotion qu’elle transmet.
Sa coéquipière Boryana Kaleyn, 6ème après pas mal d’imprécisions, décroche le bronze au cerceau et se classe seulement 5ème au ballon.

Les erreurs des unes font le bonheur des autres, comme pour l’ukrainienne Vlada Nikolchenko, 7ème qui décroche in extremis l’argent aux massues !

Résultats : cliquez-ici !

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

C’est avec stupéfaction et résignation que nous avons appris d’une source que nous tenons à garder secrète, qu’après la corde, c’est un autre engin dont l’existence est remise en cause par les hautes autorités gymniques : les massues.

C’est à Bâle en Suisse, le mois dernier que s’est réuni pour l’ultime fois un groupe de travail composé d’entraineurs nationaux, de Médecins du sport, d’un Médecin-neurologue, et de juges internationaux. Ces réunions étalées sur plusieurs mois, avaient pour objet à la fois de planifier « l’après-massues » et d’évaluer la dangerosité de cet engin. En effet, elles seraient la cause de lésions cérébrales et de multiples microtraumatismes crâniens irréversibles.
« On interdit bien maintenant aux footballeurs de pratiquer des « têtes » à l’entrainement pour des raisons identiques, alors cette mesure me parait tout aussi sécuritaire pour les gymnastes rythmiques… », a affirmé tout naturellement le Docteur Norbert Drut, Neurologue et Chef de Service de neurologie au CHU de Montréal au cours d’une de ces réunions.
Un célèbre entraineur de Biélorussie, en parlant de ses gymnastes, confie à notre contact, embarrassée : C’est vrai qu’il y a un avant et un après… Quand les parents nous les confient et lorsqu’elles terminent leur carrière… Moi je pensais que c’était naturel, que c’était la gymnastique, la vie qui les changeait. Mais j’ai lu article portant sur cette étude sur les footballeurs… »
Après une pause, elle reprend d’un air grave « J’ai beaucoup réfléchi, et depuis j’ai davantage observé mes gymnastes et leurs comportements. C’est surtout Alexandra* qui m’a inquiétée… D’abord elle m’a appelée « Maman » deux fois la semaine dernière, ce n’est pas normal… Puis, elle a refusé tout net lorsque je lui ai proposé, pour un nouvel enchainement, une musique très rythmée et tonique appelée « Despacito » prétextant que cette dernière lui donnait des maux de tête. Elle se plaint régulièrement d’être fatiguée en fin de journée, trébuche sur les divers objets qui se trouvent sur son chemin, comme si elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. En outre, elle confond les gymnastes entre elles, comme les jumelles stars de notre équipe concurrente Helena* et Irina*… Je suis inquiète… »

« Un sentiment de confusion, des céphalées et une grande fatigabilité sont malheureusement monnaie courante chez les personnes qui présentent de telles lésions », explique le Docteur Drut. « Seuls des chocs répétés de massues sur la boite crânienne peuvent être responsables de ces symptômes. Je sais bien qu’Alexandra soutient le contraire, mais elle est ce qu’on appelle anosognosique, elle n’a pas conscience de sa condition, là aussi c’est un classique et cela nous conforte dans nos préoccupations ».

Les acteurs de cette initiative irréversible et historique qui prendra effet après les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, ont bien sûr pensé à l’avenir de la GR.
« Quand on a supprimé la corde pour les séniors en 2011, il nous restait toujours quatre engins… » a argumenté un célèbre entraineur russe. « Mais là, il ne nous en restait plus que trois, nous allions perdre en crédibilité, puis une collègue Bulgare a proposé de revenir aux fondamentaux de la gymnastique rythmique. Au départ, a-t-elle dit, en gymnastique rythmique, il n’y avait que le ballon, le cerceau et l’exercice mains libres. Pour nous tous c’était une évidence ! Les gymnastes séniors devaient se réapproprier le « mains libres », aujourd’hui réservé aux petites filles, et remplacer les massues ! »
Nous avons rapporté ces propos à nos gymnastes françaises et leur avons demandé leur opinion. L’une d’elle a répondu par cette phrase sibylline et lourde de sens « C’est chaud, quoi… », et son homologue junior a ajouté un commentaire qui se suffit à lui-même « Ouais, trop… ».

Propos recueillis par Karine Rgsuperfan

*Les prénoms ont été modifiés afin de protéger la vie privée des gymnastes mentionnées

Photos © Vanessa B. Creapik

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Fan de GRS depuis la première diffusion du dessin animé « Cynthia ou le rythme de la vie » en l’an de grâce 1988, Karine n’a jamais été gymnaste elle-même puisque ses parents avaient fait le choix de vivre dans un village où les activités extra-scolaires, c’est foot… ou foot… Elle doit se contenter de suivre la GRS à la télévision (à une époque où on en diffusait…et où ça s’appelait GRS…) jusqu’à l’arrivée d’internet dans les foyers, l’avènement des forums de GR et de YouTube qui entretiennent sa passion jusqu’à maintenant. Mais elle n’est pas que virtuelle, puisqu’elle lui a permis de nouer des amitiés bien réelles et solides et de faire de belles rencontres.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté