Rétro du moment...

Circuit Grand PrixGP Brno 2015

le 19 octobre 2015Commentaires fermés sur GP Brno 2015

L’ultime étape du Circuit Grand Prix avait lieu ce weekend à Brno (CZE). Assez déserté (seulement 13 gymnastes séniors) en cette fin de saison marquée par la fatigue des championnats du Monde de septembre, l’évènement accueillait également la Tart Cup, tournoi international consacré aux individuelles juniors.
La victoire de la russe Margarita Mamun, double vice championne du Monde, qui décroche l’or au concours général et aux finales du cerceau et du ballon est donc sans équivoque. Suite à ces deux finales, Mamun déclare forfait à cause d’une température élevée et de symptômes grippaux et ne participe pas aux finales des massues et du ruban. Aleksandra Soldatova, autre russe engagée, s’était également retirée de la compétition pour les mêmes raisons samedi après-midi. Un peu de repos et tout rentrera dans l’ordre, rien de grave. Pour rester dans la parenthèse russe, « Yana Kudryavtseva s’est enfin fait opérée de la cheville le 30 septembre dernier. Elle conservera une attelle pendant encore six semaines avant de reprendre le chemin de l’entraînement. Suivie de très près par ses médecins, on ne la retrouvera pas en compétition avant février 2016. Son rétablissement rapide est fort attendu pour l’été prochain sachant qu’elle vise de loin la plus haute marche du podium olympique… » (info publiée sur facebook le 7 octobre 2015).

Parenthèse refermée et pour revenir au Grand Prix de Brno, la n°3 israélienne Linoy Ashram, finaliste aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nianjing en 2014, remporte l’or aux massues et l’argent au général et aux finales du cerceau, du ballon et du ruban. C’est une gymnaste à suivre de près au vu de ses très bons résultats qui assurera notamment la relève de Neta Rivkin après Rio 2016 aux côté de Viktoria Veinberg Filanovsky.

Enfin, l’ouzbek Anastasiya Serdyukova, 4ème, talonne de près la biélorusse Elena Bolotina, 3ème, et s’empare de l’or au ruban, de l’argent aux massues et du bronze au cerceau et au ballon. Une superbe progression pour Serdyukova qui prend le dessus en finale. Bolotina, médaillée de bronze aux massues et au ruban, se classe 4ème au cerceau et seulement 7ème au ballon.

Résultats Grand Prix Brno 2015 + Tart Cup Junior 2015 : cliquez-ici !

© Getty Images – Margarita Mamun (RUS)

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Communauté / PresseK. Moustafaeva : Rêve, Fierté, Bonheur

le 1 octobre 2015Commentaires fermés sur K. Moustafaeva : Rêve, Fierté, Bonheur

Kseniya Moustafaeva, 12ème à l’issue du concours multiple des Mondiaux de Stuttgart (GER), concrétise son rêve de petite fille en décrochant sa qualification pour les Jeux Olympiques de Rio. Elle nous livre ici son retour sur cette semaine éprouvante et sur sa préparation pour les mois à venir. Le début de la course olympique…

B : Comment s’est déroulée ta préparation contrairement aux mondiaux précédents ?
K.M. : Même si ces championnats du Monde à Stuttgart étaient mes troisièmes mondiaux, la pression était plus forte et montait de plus en plus avec l’échéance qui approchait. J’ai eu la chance de partir en stage en Russie quelques semaines avant, cela m’a permis de beaucoup progresser et d’engranger un maximum de confiance en travaillant avec les plus fortes gymnastes du monde. Nous travaillons toutes pour un même objectif, ce qui a représenté un réel avantage pendant cette période.

B : Comment as-tu géré le stress qu’un enjeu de cette taille implique ?
K.M. : L’objectif pour moi était de ne pas me mettre trop vite dans la compétition. J’ai vraiment essayé d’y aller par étape mais il fallait aussi gérer la fatigue. Il est très difficile de répondre à cette question car chaque jour était différent, le stress n’était pas le même à chaque engin, surtout le dernier jour. J’ai travaillé avec une préparatrice mentale et cela m’a beaucoup aidé.

B : Finaliste au ruban, tu espérais également te qualifier à d’autres spécialités. Ressens-tu de la déception malgré ta constante progression depuis trois ans ?
K.M. : Non je n’ai aucun regret, juste des remords. Mon but ultime était la qualification pour les Jeux même si j’aurais bien évidement voulu gommer quelques fautes sur certains engins qui m’ont sûrement coûté la finale mais j’ai atteint mon objectif et pour moi c’est le plus important.

B : De quelle manière vas-tu axer ta préparation pour cette nouvelle saison jusqu’à Rio ?
K.M. : Après deux semaines de repos, je suis de retour sur le praticable. Il faut désormais
que je planifie mon année, que je l’organise afin que tout soir clair dans ma tête. Je vais notamment changer mes enchaînements et faire davantage de stages en Russie.

B : Quels enchaînements vas-tu renouveler et/ou conserver ?
K.M. : Je change les quatre enchaînements.

Crédit photo © Fanny Cortyl

B : Que te reste-t-il à améliorer et à travailler pour intégrer la finale olympique voire le podium ?
K.M. : Mon objectif sera de réaliser de bonnes performances tout au long de l’année. Réussir à être stable à tous les engins pour arriver en meilleure condition possible aux Jeux Olympiques.

B : Tu es une gymnaste très complète qui présente des chorégraphies assez différentes d’un engin à l’autre. Une préférence ?
K.M. : Non, chaque enfin pour moi est différent. Chaque engin à un style, une histoire. Je prends du plaisir avec chaque engin différemment selon les compositions. J’ai une préférence pour le ballon en ce qui concerne l’engin en lui même… J’aime beaucoup trouver de nouveaux éléments et travailler avec.

B : Ton entraîneur est également ta maman, en quoi est-ce un avantage pour une athlète de haut niveau ?
K.M. : L’un des points positifs est que ma mère est toujours là pour moi, que ce soit dans les moments difficiles ou pour me remettre en question. Elle m’a poussé à ne pas abandonner lorsque je voulais baisser les bras. Ma mère est toujours avec moi et je suis fière que nous ayons atteint cet objectif ensemble.

B : Trois mots pour définir ton ressenti sur ton statut de future olympienne…
K.M. : Rêve, Fierté, Bonheur.

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Autres rencontresJeux Mondiaux Wroclaw 2017

le 29 septembre 2015Commentaires fermés sur Jeux Mondiaux Wroclaw 2017

Tous les quatre ans, en année post-olympique, ont lieu les Jeux Mondiaux qui récompensent les disciplines olympiques telles que la gymnastique rythmique qui n’a pas de finales par spécialité aux Jeux Olympiques. Comme pour les Olympiades, les qualifications sont basées sur les résultats du concours multiple (CII) des championnats du Monde de l’année pré-olympique (Stuttgart 2015) et ne concernent que les individuelles. En 2017, ils auront ainsi lieu à Wroclaw (POL) et la France est bien entendu qualifiée grâce à la 12ème place de Kseniya Moustafaeva aux mondiaux 2015.
~> theworldgames2017.com
© FIG

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Communauté / PresseFin des remplaçantes aux J.O.

le 24 septembre 2015Commentaires fermés sur Fin des remplaçantes aux J.O.

Depuis l’entrée des ensembles dans le système olympique en 1996, les gymnastes évoluaient, jusqu’à très récemment encore, à cinq sur le praticable plus une remplaçante. A savoir que quatre gymnastes effectuaient ainsi deux enchaînements alors que les 2 dernières ne présentaient qu’un seul passage afin d’être remplaçantes en cas de blessure et éviter ainsi le forfait en compétition. Comme à chaque nouveau cycle olympique, les règles de participation changent et évoluent pour parfaire les valeurs universelles des Olympiades, parfois au détriment des athlètes. Ces nouvelles règles imposent que seules cinq gymnastes et non plus six concourent aux J.O. de Rio (BRA) faisant gagner ainsi des places supplémentaires tout en respectant le nombre d’engagées pour la gymnastique rythmique qui s’élève à 96 gymnastes, individuelles et ensembles confondus.
L’idée en soi est belle mais elle fait également écho au « sacrifice » de la sixième gymnaste et d’un membre à part entière d’une équipe qui met un terme à son rêve olympique. Noémie Balthazard, ancienne membre de l’ensemble France (2009-2015), a accepté de nous faire part de son ressenti sur cette modification qui représente un réel impact sur la discipline.

Bodychou : Tu as passé six ans au sein du collectif France. Peux-tu nous expliquer le(s) rôle(s) de la remplaçante ?
Noémie Balthazard : Dans un ensemble à six, je ne considère pas qu’il y ait de remplaçante, mais seulement deux gymnastes qui ne font qu’un seul exercice. Evidemment, elle se doit de connaître les éléments et placements de chacune mais elle se concentre plutôt sur ses éléments propres. Le rôle de la sixième gymnaste est d’accompagner le reste de l’ensemble d’abord sur un plan purement pragmatique (aller chercher de l’eau en compétition, aider à gérer les engins, etc), et surtout pour encourager et temporiser en amenant un œil « extérieur » à la situation.

B : Selon toi, qu’est ce que cette décision engendre pour la préparation d’un ensemble ?
N.B. : Elle peut être une bonne chose, cela permet plus de pression et de compétition entre les gymnastes qui donneront le meilleur pour être titulaire.
Ceci bien sûr si l’ensemble se prépare en amont à plus de cinq gymnastes.

B : Peux-tu nous expliquer le déroulement d’un entraînement pour une gymnaste remplaçante ?
N.B. : Il est globalement le même que pour une gymnaste titulaire aux deux exercices, à la différence que la gymnaste travaillera seule son enchaînement (éléments, parties..) pendant que l’ensemble s’entraînera à l’autre engin.

B : As-tu déjà été toi-même remplaçante ou uniquement titulaire ? Comment percevais-tu ce rôle à tenir ?
N.B. : J’ai toujours évolué aux deux engins, je trouvais ça tout simplement moins rébarbatif que de n’en faire qu’un seul.
Crédit photo © Olivier Aubrais

B : Après le forfait de l’Espagne en finale aux derniers mondiaux de Stuttgart (GER), doit-on comprendre que la situation est très risquée en cas de blessure ?
N.B. : La situation est toujours risquée en cas de blessure, cela fait partie du sport. Mais elle n’est pas pour autant perdue d’avance !

B : Règlement mis à part, en quoi est-ce une bonne évolution pour la discipline ?
N.B. : Pour ma part, je considère que c’est une bonne évolution à partir du moment où plus de pays peuvent participer aux Jeux Olympiques et la France n’aurait pas été sélectionnée aux prochains Tests Events sans cette nouvelle règle ! Une compétition « pour tous », n’est-ce pas purement l’esprit des Jeux Olympiques ?!

B : Quelles améliorations pourraient être apportées dans le code de pointage pour les ensembles ?
N.B. : Certainement un grand nombre, le tout est de rester en perpétuelle évolution !

B : Tu as mis un terme à ta carrière cet été, était-ce un sacrifice pour que l’équipe n’ait pas à subir ce choix juste avant les Jeux ?
N.B. : Je ne me suis pas sacrifiée en mettant un terme à ma carrière, même s’il est vrai que la sélection devient naturelle, le but n’était pas de laisser la place vacante. D’autres raisons m’ont incitées à prendre cette décision.

B : Que conseillerais-tu à tes anciennes coéquipières pour ce travail intégral à cinq ?
N.B. : Ce n’est pas facile de travailler seulement à cinq. Pas de blessure possible, ni de pression quant à la titularisation des gymnastes. Mais paradoxalement, cela peut créer une équipe encore plus soudée, et plus vigilante pour pouvoir performer sans encombre.
Je leur souhaite tout le courage nécessaire pour se retrousser les manches après ce championnat du monde où l’on a frôlé la crise cardiaque !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté