Rétro du moment...


Les championnats du Monde de Sofia ont démarré lundi dans la capitale bulgare avec les qualifications individuelles et les finales par spécialité. Kseniya Moustafaeva (photo de gauche © Thomas Shreyer FFG) a ainsi présenté ses deux premiers enchaînements au cerceau et au ballon. Pour le moment 24ème après deux engins et une superbe prestation au cerceau (à 55 centièmes de la finale), on espère la retrouver vendredi pour le concours multiple des 24 meilleures gymnastes en lice pour le titre de championne du monde. Après un an d’absence pour récupérer de sa blessure au genou, la tricolore n’aura pas démérité et démontre qu’avec beaucoup de travail et de volonté, on peut encore faire partie du gratin de la gymnastique rythmique mondiale. On ne peut que lui souhaiter le meilleur pour ses deux dernières prestations de ce jour et de demain aux massues et au ruban.

La russe, Aleksandra Soldatova, prend le lead des qualifications après les deux premiers engins en obtenant le meilleur score au ballon, elle décrochera d’ailleurs sa première médaille mondiale en finale et elle sera d’argent. Dina Averina (photo du haut © Ulrich Fassbender), championne du monde absolue en 2017 est 2ème au classement provisoire. Elle décroche son premier titre mondial au ballon et renouvelle son titre au cerceau. Sa soeur Arina, championne d’Europe en titre, occupe la troisième place pour le moment et décroche le bronze au cerceau.

L’israélienne Linoy Ashram, médaillée de bronze des derniers championnats du monde, se classe pour l’instant en 11ème position seulement en ratant son rattrapé roulade au ballon (24ème). 4ème au cerceau, son engin de prédilection, elle réussit avec brio son passage en finale et décroche l’argent, la toute première médaille mondiale pour Israël.

Et ce n’est pas fini pour les outsiders puisque l’italienne Alexandra Agiurgiuculese, 9ème provisoire au classement général, décroche le bronze au ballon.

Que de suspense pour la suite ! Place aux massues et au ruban pour aujourd’hui et demain ! Jeudi soir auront lieu les deux dernières finales individuelles et nous connaîtrons la composition du concours multiple de vendredi !!! Les ensembles débuteront samedi avec le concours général et les finales auront lieu dimanche.
Petite notification de dernière minute pour la France, suite au communiqué de la Fédération, Eloïse Marchon (Evry / INSEP) s’est blessée et sera remplacée par Chloé Sivadier (Orléans / INSEP) aux cerceaux et par Iliona Prioux (Strasbourg / INSEP) au combiné ballons/cordes.

Résultats :
Concours I provisoire
Finale cerceau
Finale ballon
Concours par équipe provisoire

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Dernier tournoi Coupe du Monde avec l’étape World Challenge Cup de Kazan en Russie, l’équipe de France y était très attendue avec la participation de l’ensemble France et le grand retour à la compétition de Kseniya Moustafaeva en individuel.

Après une préparation minutieuse, les filles de la #teamsoleil encadrées par Samira Benamrane vont encore profiter de la quinzaine à venir pour peaufiner leurs enchaînements car rien n’est encore acquis. Pour cause les championnats du Monde débutent le 10 septembre avec la première phase des qualifications olympiques pour les ensembles. A Kazan, l’équipe était composée de Danaé Collard, Hélène Deconninck, Eloïse Marchon, Iliona Prioux, Astrid Rabette et Elisabeth Rachid. Si l’enchaînement aux cerceaux leur permet de se qualifier en finale avec une belle assurance couronnée d’un 20.05, c’est la catastrophe au combiné cordes ballons, ce qui les fait redescendre à la 16ème place. Si le moral est forcément malmené, on ressent sa baisse le lendemain pour la finale où les filles semblent plus fébriles et ratent leur ultime rattrapé bloqué au sol, heureusement sans sortie. Elles finissent 8èmes. On compte sur elles pour donner le meilleur d’elles mêmes à Sofia et briller de mille feux ! On y croit, on est tous derrière vous ! Gamba Team Soleil !!!

Quant à Kseniya Moustafaeva (photo ci-contre © Oleg Naumov), quintuple championne de France (2012-2017), on est très heureux de la retrouver en pleine forme après sa blessure au genou et l’opération qui s’en est suivie. 20ème après de gros cafouillages au ruban, il lui reste encore beaucoup de travail mais on sent que sa fougue est toujours présente au rendez-vous et que le reste devrait suivre ! Vous avez été nombreux à réagir à sa musique au ballon qui n’était visiblement pas au goût de tout le monde. Voyons ce qu’elle a encore à revendre puisqu’en même temps, il s’agit de la reprise alors laissons-lui le bénéfice du doute avant de recharger sa composition ! Finaliste à Rio (BRA), la tricolore espère bien renouveler son expérience aux Jeux de Tokyo, elle reprend ainsi le flambeau de la GR individuelle française après l’annonce d’Axelle Jovenin, championne de France 2018, de mettre un terme à sa carrière de haut niveau.

Toujours chez les individuelles, la compétition à Kazan a été menée de front par les représentantes russes. Alexandra Soldatova a parfaitement mérité sa première place au concours général en damant le pion à Dina Averina, championne du Monde en titre, mais cette dernière lui ravit l’or aux quatre finales le lendemain. En effet, Soldatova commet une sortie sur un rattrapé en souplesse au cerceau et de gros déséquilibres aux massues sur un renversement arrière et un pivot renversement, sans compter quelques imprécisions au ballon et au ruban. 8ème au cerceau, elle se pare néanmoins du bronze aux trois autres engins.

L’israélienne Linoy Ashram, également habituée des podiums, prend le bronze au général et décroche l’argent aux quatre finales.

Suite aux erreurs de la russe, ce sera finalement la bulgare Boryana Kaleyn, 4ème, qui complètera le podium au cerceau en montant sur la 3ème marche.

En ensemble, l’Italie et la Russie sont au coude à coude tout le weekend, à l’image des autres tournois de l’année. Les Farfalle remportent l’or au concours général mais devront se contenter du bronze aux cerceaux en finale et de l’argent au combiné.

Les russes qui étaient 2èmes s’emparent de l’or à chaque finale alors que les bulgares, 3èmes, décrochent l’argent aux cerceaux et que les japonaises, 5èmes, prennent le bronze aux ballons/cordes.

© Samira Benamrane – L’ensemble France à Kazan après leur qualifications aux cerceaux

Résultats complets : cliquez-ici !

A savoir que le podium des championnats du Monde de Sofia 2018 représentera les 3 premiers ensembles qualifiés aux Jeux Olympiques. Les 11 places restantes, plus les 26 quotas individuels se joueront aux mondiaux de l’année suivante à Bakou en 2019, aux étapes Coupe du Monde et aux championnats continentaux ! Heureusement, pour nous françaises, il reste encore plusieurs mois pour obtenir le précieux sésame mais il ne faudra pas se relâcher.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Les vacances sont terminées pour nombre d’entre nous, y compris les gymnastes qui se sont illustrées ce weekend au tournoi Challenge World Cup de Minsk (BLR) qui sera suivi en fin de semaine par celui de Kazan (RUS) avec la participation de l’ensemble France et le grand retour à la compétition de Kseniya Moustafaeva. Ce sera le dernier grand rendez-vous avant les mondiaux de Sofia (BUL) et les qualifications olympiques des ensembles.

Pour revenir à la Biélorussie, l’israélienne Linoy Ashram fait de nouveau la part belle à la compétition en décrochant la 1ère place au concours général, avec notamment un 20.50 au cerceau. Après avoir manqué son rattrapé au sol au cerceau en finale, Ashram s’empare de l’or aux massues et du bronze au ballon. Médaillée de bronze des championnats du Monde de Pesaro, elle espère bien réitérer un podium à la prochaine édition du mondial début septembre.

Talonnée de près, la russe Aleksandra Soldatova revient en force sur ses quatre passages avec une seconde place au général et deux médailles d’argent au cerceau et aux massues. Elle décroche l’or au ruban avec une fabuleuse dextérité sur son passage en finale.
Sa coéquipière Ekaterina Selezneva, 4ème, se qualifie en finale du ballon et des massues. Malgré une pénalité, elle obtient le meilleur score au ballon et remporte l’or alors qu’elle dégringole sur son second passage avec un double échappé aux massues en tout début de programme.

La biélorusse Ekaterina Galkina, finaliste aux Jeux de Rio (BRA), monte ici sur la 3ème marche du podium devant son public. Après un enchaînement moyen au ballon, elle se qualifie logiquement aux trois autres finales et s’empare avec brio de l’or au cerceau et du bronze au ruban.
Sa jeune coéquipière Anastasiia Salos, 7ème ex-aequo avec la bulgare Neviana Vladinova, s’inscrit dans la cour des grandes en décrochant l’argent au ballon et le bronze aux massues.

On aurait pu espérer mieux pour Vladinova, également finaliste à Rio, mais elle n’a pas non plus exécuté des passages sans faute ce weekend, elle repartira néanmoins avec l’argent au ruban alors que la nouvelle tête d’affiche ukrainienne Vlada Nikolchenko, 6ème, s’inscrit en 3ème position du podium au cerceau.

© Pawel S Suschtschönok – l’Italie aux 5 cerceaux

Du côté des ensembles, l’Italie était véritablement à l’honneur après leur titre au concours général et leur prestation aux cerceaux en finale couronnée d’un 22.80 et d’une médaille d’or bien entendu. Les Farfalle sont, par contre, tombées complètement à côté du combiné et chutent en dernière position de la finale.

Les russes se cantonnent à une belle régularité avec trois « seconde place ». Ce seront finalement les japonaises, 3èmes au général, qui décrocheront l’or aux cordes-ballons alors que les biélorusses, 4èmes, remontent sur le podium en prenant le bronze à chaque finale pour le plus grand bonheur de leur public.

Résultats : cliquez-ici !

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Préparation pour les championnats du Monde

Comme vous le savez sûrement, chaque année à la fin de l’été, se déroulent les championnats du monde de gymnastique rythmique. Si certaines années, il n’y a pas d’enjeu particulier, hormis de bien se positionner sur le plan international, c’est une bonne façon de se préparer et de se tester avant les éditions qualificatives qui précédent habituellement les années olympiques. Sauf que le système qualificatif a désormais changé et les ensembles devront remporter leur place dès le mois de septembre pour espérer participer aux Olympiades de Tokyo (JPN) en 2020 !

Les championnats du monde ont été créés en 1963 par la Fédération Internationale de Gymnastique (FIG). Après Pesaro (ITA) en 2017 c’est à Sofia en Bulgarie que les gymnastes (individuelles et ensembles) disputeront la compétition du 10 au 16 septembre 2018. Les Françaises participeront d’ailleurs à l’étape Coupe du Monde de Kazan (RUS) du 24 au 26 août 2018 pour régler les derniers détails.

© Anne-Laure T. Photographe

Une compétition de ce niveau demande une détermination et une préparation particulière !

Tout au long de l’année l’ensemble France participe à des tournois « world cup », comme celui de Guadalajara, des étapes Grand Prix comme les Internationaux de Thiais ou des tournois plus modestes comme la Strass Cup à Strasbourg et ainsi se remmettent sans cesse en question. En fonction des exigences, les gymnastes et leur staff préparent et travaillent de nouveaux enchaînements. Mais les deux mois qui précèdent un championnat du monde sont particulièrement intensifs.

A la fin du mois de juillet les gymnastes de l’ensemble France ont participé à un stage de perfectionnement à Calais, du 16 au 28 juillet. Rappelons que le pôle d’entraînement est considéré comme l’un des meilleurs en France en matiere de gymnastique rythmique. Nos sept gymnastes (Danaé Collard, Hélène Deconninck, Eloïse Marchon, Chloé Sivadier, Elisabeth Rachid, Iliona Prioux et Astrid Rabette) etaient alors accompagnées de leur entraîneure Samira Benmarane, de la directrice du Haut Niveau GR Géraldine Miche, de leur professeur de danse Gregory Milan, ainsi que de leur kinésithérapeute Martin Vanderkam. Elles ont également été encadrées à Calais par l’incontournable entraîneure russe Natalia Dmitrova, pointilleuse et soucieuse du détail. Les filles la suivent d’ailleurs en stage à l’INSEP plusieurs fois au cours de la saison. Elle donne ainsi aux gymnastes l’occasion de perfectionner leurs enchaînements aux 5 cerceaux et au combiné cordes, ballons.

Sur le plan physique les entraînements deviennent plus intenses comme le témoigne Samantha Ay, ancienne gymnaste en équipe de France : « Les entraînements sont plus longs dans le sens où le programme d’entraînement s’alourdit ! L’objectif était de faire 5 à 10 complets sans faute. Donc plus difficile sur le plan physique. La pression est plus importante, précise-t-elle. »
Pression mentale et fatigue physique accompagnent chaque jour un peu plus les gymnastes lors de cette phase. Outre leurs compétences tant gymniques que mentales, leur détermination est très importante lors de ces deux derniers mois !

On leur souhaite donc beaucoup de force et surtout de la réussite pour leurs compétitions à venir avec, on espère, une qualification à la clé !

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Je m’appelle Manon et tiens le compte fan du nouvel ensemble France @frenchteamrg, je pratique également la gymnastique rhythmique depuis quelques années !

En septembre 2017, j’ai eu la chance d’assister aux championnats du monde de Pesaro en Italie, une superbe expérience !

Retrouvez des infos et des photos coup de coeur de l’équipe de France sur mon compte Instagram !

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté