Rétro du moment...

Communauté / PresseEtre remplaçante en GR

le 21 avril 2007Commentaires fermés sur Etre remplaçante en GR

Dans une équipe, chaque membre est important et la remplaçante l’est particulièrement. L’entraîneur qui l’a choisie pour ce rôle le sait bien, même si il (ou elle) ne lui a pas toujours expliqué en détail. Un choix est toujours difficile et l’entraîneur veut faire le plus judicieux pour amener son équipe, et les gymnastes qui la composent, au meilleur niveau.
Ce choix repose sur de nombreux critères qui ne font pas uniquement référence à la maîtrise gymnique. De toute façon, une équipe est comme une chaîne, « la plus solide n’est forte que par son maillon le plus faible. » Ce n’est pas le rôle le plus facile : la remplaçante travaille autant que les autres à l’entraînement. Peut être même plus car elle doit connaître plusieurs rôles pour pouvoir sauver l’équipe en cas de défaillance. Une blessure, une grippe ou une méforme arrivent si vite sans prévenir. Elle doit donc toujours être prête. On doit pouvoir compter sur elle. Mais rester remplaçante n’est pas son but, elle doit chercher à devenir titulaire et souvent en cours de saison (ou la suivante) la remplaçante devient titulaire. Mais pour cela, il faut qu’elle travaille dur comme les titulaires pour conserver sa place.

Dans une équipe l’entente est très importante. Une équipe sans entente perd beaucoup de ses capacités. Il ne faut surtout pas se battre les unes contre les autres mais réserver la confrontation pour les compétitions individuelles. La remplaçante doit veiller et participer au climat serein du groupe. Elle est là avant, pour aider ses copines à gérer leur stress. Elle les rassure, s’échauffe et s’étire avec elles, trouve les mots, les regards, les sourires ou les silences qu’il faut. Moralement elle souffre beaucoup plus lorsque sur le côté de la scène elle regarde avec angoisse les autres se libérer de leur peur sur le praticable. Elle est toujours là, après l’enchaînement, pour écouter les conseils, les félicitations ou les critiques de l’entraîneur. Elle est encore là pour rassurer et réconforter ses copines, leur remonter le moral s’il le faut. Et sa joie ou sa peine ne sont pas moindres lorsqu’à la proclamation des résultats elle monte sur le podium ou reste au bas avec son équipe. C ‘est pourquoi elle doit être autant, sinon davantage respectée que les autres.

Dany Bino, Journal du Vars, 1996
Photo de l’ensemble Italie, on retrouve les 5 titulaires et la remplaçante, médaillées d’or aux Championnats du Monde de Baku en 2005.

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Communauté / PresseLutte contre le dopage

le 17 avril 2007Commentaires fermés sur Lutte contre le dopage

Depuis quelques années la lutte contre le dopage semble progresser. Mais à l’heure où l’on parle d’athlètes génétiquement modifiés, où ce fléau contamine le sport amateur, les tricheurs peuvent-ils être sérieusement inquiétés ?
Le sport est un facteur reconnu de protection de la santé : dans les pays développés, on vit mieux et plus longtemps si l’on pratique une activité physique adaptée et bien conduite. Dans certaines situations (diabète ou problèmes cardiovasculaire), l’activité physique est même considérée comme une thérapeutique à part entière. Mais il est des cas où la pratique sportive peut constituer un facteur de risque sanitaire : l’absence de dépistage initial des contre-indications, une qualité des soins déficiente, la recherche de la performance à tout prix ou le détournement de la fonction médicale au profit d’une aide à la performance en sont des exemples significatifs.

Une conduite dopante, qu’est-ce que c’est ?

On parle de conduite dopante lorsqu’une personne consomme notamment certains produits, pour affronter un obstacle réel ou ressenti , afin d’améliorer ses performances (compétition sportive, examen, entretien d’embauche, prise de parole en public, situations professionnelles ou sociales difficiles).Dans le monde sportif, cette pratique prend le nom de dopage. Le dopage n’est pas une simple tricherie.

De nombreux facteurs interviennent dans les motivations des usagers et prédisposent à une conduite dopante : * Le sexe : en moyenne, les garçons se dopent plus que les filles ;
* L’âge : le nombre d’usagers augmente au cours de l’adolescence ;
* Le milieu familial : le comportement des aînés vis-à-vis des substances psychoactives est important ;
* L’obligation de résultats ;
* L’isolement social : l’éloignement du domicile, des lieux d’études, de travail ou d’entraînement sportif ;
* Le système de carrière dans le milieu sportif et la recherche de célébrité ;
* Le milieu familial : la pression ou le désintérêt de l’entourage vis-à-vis des résultats ;
* Les amis, les collègues de travail : le besoin de s’intégrer.

En France, si les résultats des contrôles antidopage ne montrent en moyenne que 2 % de prélèvements positifs par an, les conduites dopantes ne concernent pas uniquement les athlètes de haut niveau et/ou les professionnels.
Une étude internationale avance que 3 à 5 % des enfants sportifs et 5 à 15 % des amateurs adultes utiliseraient des produits dopants. Seuls les produits agissant sur le système de récompense du cerveau et utilisés lors de conduites dopantes sont traités ici

* Les stimulants ;
* Les narcotiques ;
* Les agents anabolisants ;
* Les corticostéroïdes ;
* Les bêtabloquants.

L’usage de diurétiques, d’hormones de croissance, d’EPO et d’anesthésiques locaux comporte des risques et des dangers pour la santé. Il n’entraîne ni modification de la conscience, ni dépendance physique.

Les produits dopants sont achetés :

* Dans le circuit pharmaceutique légal (médicaments détournés de leur usage, souvent prescrits sur ordonnance médicale) ;
* Sur le marché clandestin, fournis le plus souvent par l’entourage des usagers (produits de laboratoires clandestins ou importations frauduleuses, leur nature exacte est invérifiable et leur qualité sujette à caution).

Le dopage est un fléau de la pratique sportive. Il touche désormais tous les niveaux de pratique. La lutte contre le dopage est donc devenue une véritable mission de santé publique, la protection des sportifs, en particulier des jeunes, nécessitant la mobilisation de tous.

Le dopage des athlètes: DOPAGE = SPORT+ DROGUE + ARGENT

« Gagner le plus d’argent possible dans un laps de temps très court, cela peut-il constituer un projet de vie? »

La consommation de substances améliorant les performances peut mettre la santé en danger. L’athlète qui a recours au dopage ne nuit pas qu’à lui-même mais porte également atteinte au sport dans son ensemble.

– propos recueillis Manon STEHLY, Jérôme CHASTAGNER, étudiants en Master 1 SHS –

Irina Tchachina (photo ci-contre) a été contrôlée positive à l’issue des Goodwill Games en 2001, tout comme sa compatriote Alina Kabaeva. La FIG en collaboration avec le Comité d’Organisation a suspendu les deux gymnastes. Leur classement et titres de la saison en cours avaient également été annulés.

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Lumière surAlina Kabaeva

le 13 avril 2007Commentaires fermés sur Alina Kabaeva

Alina Kabaeva est une gymnaste russe. Elle est née le 12 mai 1983 à Tashkent en Uzbékistan. Elle est connue pour son extrême souplesse naturelle. Elle mesure 1.66 m pour 48 kg. A l’heure actuelle, elle est l’une des meilleures gymnastes russes et l’une des plus titrées dans la petite histoire de la gymnastique rythmique.
Alina a commencé la gymnastique rythmique en 1987 à l’âge de 4 ans et était entrainée à l’époque par A. Malkina. Son père est footballer professionnel et sa famille l’a toujours suivie dans tous ses déplacements aussi bien en Uzbékistan, qu’au Kazakhstan et en Russie. Au départ, Alina n’était pas trop appréciée dans le monde des gymnastes frêles et élancées de la GR. Plusieurs entraîneurs l’ont rejeté pour son « surpoids » et le fait qu’ils ne la trouvaient pas assez jolie. Aucun d’entre eux ne considéraient qu’elle ait un talent quelconque. Jeune adolescente, Alina déménagea en Russie où sa mère la présenta à l’entraîneur national Irina Viner et ce fut le coup de coeur! « Je ne pouvais pas en croire mes yeux. Cette fille présentait la combinaison rare des deux qualités cruciales à la gymnastique rythmique – souplesse et agilité. » – Irina Viner –
Sous l’aile d’Irina Viner, Alina ne cessa de gagner titre après titre. Tous les efforts de l’alliance Kabaeva/Viner ont donc payé jusqu’à ce jour. Sa carrière internationale commence en 1996. En 1998, à l’âge de 15 ans, elle remporte les Championnats d’Europe au Portugal. Beaucoup ont considéré cette victoire comme celle qui l’a révélée au grand jour. Car à cette époque, elle était la plus jeune de l’équipe de Russie et ses coéquipières étaient déjà des compétitrices internationalement reconnues telles qu’Amina Zaripova. En 1999, Alina est sacrée Championne d’Europe pour la deuxième fois consécutive et se coiffe du titre de Championne du Monde à Osaka au Japon. En parcourant son bout de chemin, elle remporte 5 titres européens au concours général et ajoute à son palmarès un nouveau titre du Monde en 2003 à Budapest en Hongrie. Aux Jeux Olympiques 2000 à Sydney, il n’y avait pas de doute qu’elle remporterait le titre jusqu’à son deuxième passage où l’inattendu se produit : Alina perd son cerceau et court pour aller le rechercher hors du praticable. Elle rentrera chez elle médaillée de bronze avec un score final de 39.466 (corde 9.925, cerceau 9.641, ballon 9.950, ruban 9.950).
En 2001 aux Goodwill Games à Brisbane en Australie, elle remporte l’or au ballon, aux massues et à la corde et l’argent au général et au cerceau. Cependant, Alina et sa compatriote Irina Tchachina sont contrôlées positives au furosemide et se retrouvent privées de leurs médailles et titres. Irina Viner, à la fois entraîneur national et Vice Présidente du Comité Technique GR de la FIG signale que ces gymnastes ont pris un complément nutritionnel appelé « Hyper » qui comprend des diuritiques, ce qui, selon Viner, était destiné au syndrome pré-menstruel des gymnastes. Leur stock, s’étant épuisé juste avant les Goodwill Games, leur physiothérapeute avait été obligé d’en commander à une pharmacie sur place. Toujours selon les propos de Viner, le complément vendu n’était pas valable et contenait du furosemide. Ceci étant, la commission demanda au Comité d’Organisation des Goodwill Games de rendre nuls les résultats des deux gymnastes. La FIG annula également leurs résultats des Championnats du Monde à Madrid. C’est l’ukrainienne Tamara Yerofeyeva qui se vit alors décerner le titre de Championne du Monde 2001.

Aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, Alina repart décorée du plus beau des métaux avec un score de 108.400 (cerceau 26.800, ballon 27.350, massues 27.150, ruban 27.100). Irina Tchachina remporte la médaille d’argent.

En octobre 2004, Alina annonce qu’elle se retire de la compétition. Mais en juin 2005, Irina Viner parle aux médias d’un possible retour. En effet, elle fait son retour lors du tournoi amical Italie-Russie à Genoa, le 10 septembre 2005. Le 5 mars 2006, Alina gagne le Grand Prix de Moscou (Gazprom), en compagnie de Vera Sessina et d’Olga Kapranova respectivement 2ème et 3ème.

Depuis 2005, Alina est membre de l’institution parlementaire « Общественная палатa » de Russie aux côtés du Président Vladimir Poutine. Elle est également en charge du Secrétariat des Sports et un complexe sportif à son nom voit le jour en 2009 en Ossétie du Sud.

Site internet: http://www.kabaeva-alina.ru/
Blog perso: http://a-kabaeva.livejournal.com/

Vidéos:
Montage d’Invisible Circus
Aeon Cup 1996: corde
Aeon Cup 1997: ballon
Goodwill Games 1998: cordecerceaumassuesruban
Tournoi de Corbeil-Essonnes 1998: massuesruban
Tournoi de Corbeil-Essonnes 1999: cordecerceauballonruban
Champ. du Monde, Osaka 1999: cordecerceauballon ruban
Grand Prix de Deventer 2000: cerceauballon ruban
Champ. d’Europe, Saragosse 2000: ballonruban
J.O. Sydney 2000: cordecerceauballonruban
Aeon Cup 2001: cordeballonmassues
Tournoi de Corbeil-Essonnes 2001: cerceau
Champ. d’Europe, Genève 2001: ballon
Champ. du Monde, Madrid 2001: cordecerceauballonmassues
Aeon Cup 2002: cordecerceauballonmassues
Champ. de Russie 2002: cerceau
Champ. d’Europe, Grenade 2002: cordecerceauballonmassues
Aeon Cup 2003: cerceauballonmassuesruban
Grand Prix de Berlin 2003: massues
Grand Prix de Deventer 2003: ballon
Tournoi de Ljubljana 2003: ruban
Tournoi de Corbeil-Essonnes 2003: ballonmassuesruban
Champ. du Monde, Budapest 2003: cerceauballonmassuesruban
Aeon Cup 2004: cerceauballonruban
Tournoi de Varna 2004: cerceauballonmassues
Champ. de Russie 2004: ballon
Champ. d’Europe, Kiev 2004: cerceauballonmassuesruban
J.O. Athènes 2004: cerceauballonmassuesruban
Grand Prix de Deventer 2006: cordeballonruban
Grand Prix de Moscou 2006: cordeballonmassuesruban
Grand Prix de Thiais 2006: cordeballonmassuesruban
Champ. de Russie 2006: ballonmassuesruban
Champ. d’Europe, Moscou 2006: cordeballonmassuesruban
Grand Prix de Deventer 2007: cordecerceaumassuesruban
Grand Prix de Marbella 2007: cerceaumassues
Grand Prix de Moscou 2007: cordecerceaumassuesruban
Grand Prix de Thiais 2007: cordecerceaumassues
Champ. du Monde, Patras 2007: massuesruban

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Circuit Grand PrixInternationaux de Thiais 2007

le 13 avril 2007Commentaires fermés sur Internationaux de Thiais 2007


Résultats de Thiais cliquez ici.

Toutes les photos de Sing Lo

L’ensemble France à l’honneur

Je vais sans doute les revoir à Corbeil, vu que je vais faire partie de l’organisation, ça m’a trop fait plaisir de les voir à Thiais déjà , là où elles ont brillé lors des finales en finissant sur leurs deux passages !! Bravo les filles ! Avec vous on a une chance de se qualifier aux J.O. de Pékin et qui sait de savourer encore une belle place sur le podium!

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté