Catégorie ‘Communauté / Presse’

La veille de ces 32èmes championnats d’Europe de Holon (ISR) s’annonce bien triste avec la tragédie qui a frappé hier la Bulgarie suite à la tentative de suicide de Tsvetelina Stoyanova, membre de l’ensemble national de gymnastique rythmique.

La police locale a confirmé la thèse du suicide. En début d’après-midi, la jeune athlète âgée de 21 ans s’est jetée du 6ème étage de l’immeuble où elle vit avec sa grand-mère, dans le Nadejda District de Sofia, souffrant depuis quelques temps d’importantes crises d’anxiété. Elle avait cessé l’entraînement depuis une semaine et son retrait de la compétition à Holon aurait été annoncé par la Fédération bulgare quelques heures précédant le drame.

Aujourd’hui, Tsvetelina se trouve dans le coma entre la vie et la mort. Opérée au bloc pendant deux heures après son arrivée aux Urgences, les chirurgiens ont été obligés de lui retirer la rate, la colonne vertébrale complètement tordue par la chute ayant perforé plusieurs organes. Elle a également subi une hémorragie interne assez importante. Admise aux soins intensifs, son état de santé demeure critique.

Sacrée championne du Monde avec son équipe au concours général d’Izmir 2014, la communauté internationale se mobilise sur les réseaux, notamment sur Facebook et instagram via le hashtag #prayfortsvetelina

© EPA/BGNES – L’ensemble bulgare sacré champion du Monde 2014 à Izmir (TUR)

Source : BNT / Nova TV / Standart

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

A l’occasion de ses 30 ans, le Rythmique Club de Nîmes Métropole (30) organisera le championnat régional les 18 et 19 mars 2016 ainsi qu’un gala international caritatif le samedi soir.

Kseniya Moustafaeva, triple championne de France en titre et future olympienne pour les Jeux Olympiques de Rio sera de la partie aux côtés des équipes d’Espagne, de Bulgarie et des 350 gymnastes du club.

Acteur et partenaire de la manifestation, l’Orchestre des Jeunes du Conservatoire de Nîmes accompagnera le gala en musique.

La soirée sera parrainée par Eva Serrano ancienne gymnaste du club, sept fois sacrée championne de France, double finaliste olympique et désormais juge internationale.

Les bénéfices de la soirée seront reversés à l’association nationale « Rêves » et à son antenne locale « Rêvons pour nos Pitchounets » :

Rêves est une association nationale à but non lucratif, reconnue œuvre de bienfaisance et d’intérêt général. Depuis sa création en 1994, elle a pour mission d’exaucer le rêve des enfants et adolescents atteints de pathologies graves.

Objectif :
Leur offrir une parenthèse enchantée pour oublier la maladie… Tel est le but de l’association. Plus que tout autre, les enfants malades ont besoin de rêver à des projets qui les stimulent et leur donnent la force de se battre contre la maladie.
En réalisant leurs vœux les plus fous, l’association leur permet de s’évader du quotidien et de vivre des expériences inoubliables qui les aident à reprendre confiance en l’avenir.

Organisation :
L’association Rêves est présente sur le territoire français avec 37 délégations départementales qui œuvrent sur le terrain aux côtés des familles, des partenaires et des hôpitaux. Elle collabore avec une soixantaine d’établissements de santé qui lui transmettent les demandes de rêves formulées par les enfants et adolescents.

www.reves.fr

Afin de mener à bien ce magnifique projet, le club fait appel à vos dons via la plateforme Sponsorise.me. Grâce aux fonds récoltés, le RCNM pourra présenter un spectacle de haut niveau aux enfants malades et/ou handicapés invités et accompagnés par les associations caritatives partenaires de l’évènement.

fr.sponsorise.me

La somme récoltée permettra d’aider le club à payer les déplacements et l’hébergement des gymnastes internationales jusqu’à Nîmes. Si l’objectif atteint est dépassé, la somme sera directement reversée aux associations.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du RCNM : www.rythmiqueclub-nimesmetropole.com

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Communauté / PresseEmeline Goavec, égérie 2016

le 26 décembre 2015Commentaires fermés sur Emeline Goavec, égérie 2016

Emeline Goavec devient la première égérie de Bodychou GR en prêtant son image comme nouvel en-tête du blog. Je la remercie pour sa confiance et pour l’honneur qu’elle me fait sans oublier Anne Marchandin alias Annie Photographies qui a gentiment accepté de prendre les clichés pour ce projet lors des dernières compétitions de zone à Orléans début décembre.

Pour revenir sur le parcours d’Emeline, elle débute la GR à 5 ans au club de Saint Fargeau-Ponthierry (77) et est entraînée par Samira Benamrane (qui entraîne désormais au Pôle France d’Evry). A l’époque, elle pratique aussi le judo, la gymnastique artistique et la danse classique.

Sélectionnée en Avenir en 2004-2005, elle se classe 4ème aux Coupes Nationales et intègre le Pôle d’Orléans en 6ème dès l’année suivante. Elle vivra cette année en famille d’accueil avec sa soeur aînée Marion qui pratique également la GR (sa soeur cadette Laurie-Anne a rejoint le praticable aussi depuis).
Rattachée au club SM Orléans, elle est sacrée championne de France avec son équipe en ensemble DF1 Minimes et se classe 9ème en individuel de la catégorie Espoir. Sa famille quitte la région parisienne et déménage à Orléans pour être plus près du Pôle à l’occasion de sa deuxième année.

En 2007, elle remporte la 3ème place aux Coupes Nationales et aux Championnats de France Espoir.

Sélectionnée en équipe de France Junior en 2009, suite à une première place aux tests, elle termine 7ème au concours général et 5ème en finale au Tournoi International du Pas-de-Calais (anciennement Coupe d’Opale), 9ème aux Internationaux de Thiais et décroche la médaille d’argent aux Coupes Nationales Junior cette même année. Surclassée en Senior pour les finales (engins communs pour les deux catégories), elle s’empare de la 2ème place au cerceau.

En 2010, elle est 4ème du championnat de France Elite (Nat.A) pour sa première année en Senior, puis devient vice championne de France en 2011 à Toulouse derrière Delphine Ledoux pour sa seconde année Senior. Elle se classe également 3ème en DN1 avec son équipe pour laquelle elle matche à la fois en ensemble et en individuel et obtient son BAC scientifique.

En 2012, afin de mener à bien ses études en Licence STAPS sans pour autant abandonner le praticable, Emeline fait le choix de rétrograder en Nationale B Senior. Elle se classe 3ème aux championnats de France individuels et en DN1. En 2013, elle décroche son premier titre en National B et en DN1 avec son équipe. Puis de nouveau place à la victoire en 2014 avec son second titre de championne de France Nat.B. Elle se classera 4ème en 2015 pour sa dernière année de compétition.

© Annie Photographies

Emeline obtient sa Licence STAPS mention activités physiques adaptées et santé et spécialité fitness. Elle a passé, lors de sa première année, son CQP ALS AGEE (Certificat de Qualification Professionnelle Animateur Loisirs Sportifs des Activités Gymniques d’Entretien et d’Expression) et donne des cours de fitness depuis deux ans et demi en plus des études et de la GR pour commencer à s’assumer financièrement et aussi pour pouvoir se défouler.

En septembre 2015, elle intègre une école de Psychomotricité sur Paris et s’installe à Sèvres avec son petit ami.

« La GR sera un plus dans ma future profession, c’est une superbe médiation pour le travail en psychomotricité (pour les enfants porteurs de handicap moteur par exemple…).
Je trouverai toujours un moyen d’intégrer la GR dans ma vie car elle fait entièrement partie de moi. J’ai quitté le monde de la GR – où plutôt, le praticable – avec beaucoup d’émotions et de nostalgie après avoir tant donné. Ce n’est jamais facile d’arrêter quelque chose qu’on aime, mais c’est la vie et j’ai plein d’autres belles choses à vivre encore. Je suis ravie de mon petit bout de chemin parcouru dans ce sport qui est et restera ma passion. Je serais toujours là, à suivre au plus près l’évolution de cette discipline avec surtout, pour le moment, le parcours de ma petite sœur Laurie-Anne, et ma deuxième famille : la SM Orléans.
La gymnastique rythmique m’a beaucoup apporté, elle m’a fait grandir et évoluer auprès de personnes formidables, c’est une école de vie qui laisse de merveilleux souvenirs. » – Emeline Goavec.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Communauté / PresseDes étoiles plein les yeux

le 3 novembre 2015Commentaires fermés sur Des étoiles plein les yeux

Originaire du club de Thiais et intégrée au Pôle France d’Evry depuis ses débuts en haut niveau, Basma El Yazad (Ouatay à l’international) concourt sous les couleurs du Maroc depuis deux ans. Née en France de parents marocains, cette jeune gymnaste de 16 ans est devenue l’une des ambassadrices de la gymnastique maghrébine, l’occasion pour elle de participer à ses premiers championnats du Monde, en septembre dernier. Elle nous confie ici ses impressions sur son parcours avec tout le peps qu’on lui connaît.

Bodychou : Comment as-tu découvert la gymnastique rythmique ?
Basma El Yazad : J’ai découvert la discipline grâce à une copine de maternelle qui m’a dit « Hier, j’ai fait mon premier cours de GRS. C’était trop génial, le ruban il vole ».
Je connaissais déjà la gymnastique rythmique grâce au Grand Prix de Thiais qui a lieu tous les ans. Je voyais l’affiche dans les rues et ça m’a toujours impressionné de voir des gymnastes aussi souples.

B : Est-ce pour toi un privilège de représenter les couleurs marocaines et de contribuer ainsi au développement de la discipline au Maghreb ?
B.E.Y. : Oui parce que mes parents sont nés au Maroc, j’y passe mes vacances et je conserve des liens avec ma famille. Je suis consciente que c’est difficile de pratiquer la GR au Maroc car il y a très peu de clubs, c’est un sport encore peu développé au Maghreb.

B : Junior, tu as participé aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Nianjing (CHN), cet événement reste-t-il ton meilleur souvenir ? Pourquoi ?
B.E.Y. : Oui, les JOJ restent mon meilleur souvenir car c’était l’une de mes premières grandes expériences à l’international. Découvrir des nations et des cultures différentes, faire connaissance avec des sportifs venant du monde entier, savoir dialoguer et s’ouvrir aux autres sont des éléments que ces grandes compétitions nous apportent au delà de l’expérience sportive.

B : Comment s’est déroulée ta première expérience en championnat du monde ?
B.E.Y. : Si je devais décrire mes premiers championnats du monde, je dirais  » magiques ». Ils ont été pour moi une expérience tout simplement exceptionnelle. Se retrouver parmi ces « étoiles » de la GR était magique, j’en avais, des étoiles, plein les yeux.
C’était une compétition difficile en ce qui concerne le stress et la fatigue car c’était la première fois que je faisais une compétition sur quatre jours. Rester concentrée sur quatre jours d’affilée était dur… mais dès que c’était à moi de passer dans cette immense salle, devant les juges et ce public, je ne pouvais que vivre ce moment à fond et faire mon « show ».

B : Quels sont selon toi tes points forts et tes points faibles ?
B.E.Y. : Des points faibles ? Moi ?! Je n’en ai pas voyons ! En revanche, j’ai beaucoup d’humour, haha ! Non, plus sérieusement, je dirais que mes points faibles sont la souplesse de jambes et la ligne de jambe alors que mes points forts s’axent plutôt sur l’expression et la gestuelle.

Crédit photo © Fanny Cortyl

B : Quel est l’athlète et/ou gymnaste que tu admires en particulier ? et pourquoi ?
B.E.Y. : La gymnaste que j’admire en particulier est l’ukrainienne Anna Rizatdinova. Elle est très performante en ce qui concerne les difficultés corporelles, ses sauts, ses pivots où elle arrive en équilibre ; sa technique à l’engin aussi. Mais surtout, j’adore ce qu’elle arrive à « dégager » comme émotions pendant ses enchaînements, c’est exceptionnel !

B : Quelle est la prochaine échéance que tu prépares ?
B.E.Y. : Les Coupes Nationales les 12 et 13 décembre aux Ponts de Cé.

B : Tu as une relation très soudée avec Samira, ton entraîneur. En quoi est-ce un atout pour une athlète de haut niveau ?
B.E.Y. : C’est un atout pour une athlète de haut niveau car on partage plus de la moitié de notre temps avec notre entraîneur. Pouvoir lui parler, lui expliquer ce qui va et ne va pas est primordial pour pouvoir avancer. C’est un échange.

B : Quels objectifs t’es-tu fixé pour les années à venir ?
B.E.Y. : Pour les années à venir, je veux encore progresser et améliorer mes performances. Vivre encore de riches expériences.

B : Pourrais-tu te définir en trois mots ?
B.E.Y. : Positive, ambitieuse et drôle.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté