10ème finaliste aux Jeux de Rio (BRA) et quadruple championne de France, plus besoin de présenter Kseniya Moustafaeva qui aborde, dès la rentrée 2017, un nouveau code de pointage et un cycle olympique qui la mèneront sans aucun doute à Tokyo (JPN) en 2020 pour une seconde qualification olympique. En tous cas, c’est tout ce qu’on peut lui souhaiter. Voici comment elle envisage les quatre années à venir.

Bodychou : Retour sur ta finale à Rio et sur tes premiers Jeux Olympiques, peux-tu nous faire part de cette incroyable expérience ?
Kseniya : C’est une expérience unique , aucune autre compétition n’est comparable aux Jeux Olympiques. Les émotions y sont décuplées. Le village olympique était comparable à celui des Jeux Européens, mais ce qui changeait vraiment c’était la compétition. Il y avait beaucoup de pression. Le plus dur a été le premier passage des qualifications, lorsque je suis sortie du praticable, j’avais envie de pleurer car j’avais réussi.

B : Qu’est ce qui se passe dans ta tête au moment d’entrer sur le praticable ? As-tu été amenée à gérer ton stress différemment que pour une autre compétition ?
K : Oui et non, j’ai essayé de prendre cette compétition comme n’importe quelle autre car je me suis dit que le travail sur le praticable reste le même, ce qui est vrai. Mais c’est surtout quand tu réalises à la fin que tu es vraiment aux Jeux que la magie opère, car pendant la compétition j’étais dans une concentration extreme, j’étais dans ma bulle, ce qui m’a permis de ne pas stresser énormément.

B : Comment vas-tu aborder ce nouveau cycle olympique ?
K : Déjà je vais avant tout me faire plaisir, car je sais que ces quatre années vont être les dernières de ma carrière. Je suis en ce moment même en Russie pour monter mes nouveaux enchaînements. Ma première sortie internationale sera le Grand Prix de Moscou mi février.

B : Quels sont, selon toi, les changements bons ou mauvais du code de pointage 2017-2020 ?
K : J’attends de faire une année pour pouvoir comparer avec l’ancien. Il n’y a pas de limites de points, pas de fiches… C’est une réelle évolution. Le travail a l’engin est plus valorisé ce qui est un point positif pour moi. On verra par la suite.

No word could leave my mouth explain , just sky away… ⚖ ©Tristan Hevin

Une photo publiée par Kseniya Moustafaeva ✨ (@ksucha_m) le

B : Je suppose que ton objectif est désormais de te qualifier une seconde fois dans quatre ans aux Jeux de Tokyo. Comment envisages-tu ta préparation ?
K : L’objectif de ma préparation sera de faire évoluer mon style, de proposer à chaque fois quelque chose de nouveau, de surprenant. Puis surtout d’être stable et régulière lors des compétitions.

B : Quels sont les thèmes chorégraphiques et que tu vas aborder dans tes nouveaux enchaînements ? Et comme prises de risque ?
K : Surprise 🙂

B : Aujourd’hui quelles sont encore tes forces et faiblesses, quel(s) point(s) penses-tu devoir travailler davantage ?
K : Ma force restera mon expérience et le fait d’avoir du soutien autour de moi. Le travail a l’engin et mon style je pense sont mes plus forts atouts. Quant à mes faiblesses, je dirais ma régularité et qu’il faudrait que je gagne davantage de confiance en moi.

B : Et à côté de la GR, quels sont les projets (universitaire ou tout autre) ou activités auxquels tu t’adonnes ?
K : J’ai commencé une école de journalisme l’année dernière, j’ai choisi de dédoubler mon année pour les Olympiades donc je vais la terminer en 2017. Donc logiquement, je prévois une reconversion dans les médias.

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

2 Réponses à “Kseniya Moustafaeva direction Tokyo 2020”

  1. BROC Jean-marie dit :

    Evidemment, on lui souhaite une prochaine qualif pour 2020, c’est une bosseuse et je ne doute pas un seul instant sur sa réussite. Je pense aussi que sa carrière peut se poursuivre jusqu’en 2024. Pour moi, notre meilleure gymnaste de ces dernières années.ALLEZ KSENIYA, on croit en toi !!!

  2. Soleilvie dit :

    Ohhh oui !
    Kseniya est très douée.
    J’essaie de suivre au mieux les gymnastes de GR et je trouve que Kseniya a quelque chose en plus des autres.
    Elle a un charme artistique qui attire l’oeil. Et son agilité avec les engins est fabuleuse.

    Attention ! Je ne dis pas que toutes les GR de France sont nulles 😉
    Loin de là ! Elles ont toutes un avenir prometteur et elles ont toutes leurs spécialités.
    Je suis FAN de toutes les GR de France.

    On sera tous avec vous !

  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté