De nationalité ouzbek et russe, Irina Tchachina est née le 24 avril 1982 à Omsk en Russie et est l’aînée d’une famille de trois enfants (un frère et une soeur). Elle débute la gymnastique rythmique à l’âge de cinq ans dans sa ville natale et est encadrée par Yelena Arais, son premier entraîneur. Talent prometteur, Tchachina va rapidement intégrer le centre de haut niveau à Moscou et devenir ainsi un pilier de l’équipe nationale russe.
Celle qui va mettre en exergue ses facultés nées n’est autre que Vera Shtelbaums, actuellement entraîneur de la championne olympique actuelle, Evgenia Kanaeva (également originaire d’Omsk). Selon Shtelbaums, Irina Tchachina dispose d’une grande souplesse et d’une détente naturelle, notamment au niveau des sauts, qui ont été très faciles à travailler et à développer tout au long de sa carrière.
Irina commence à se faire réellement connaître en 1999 aux mondiaux d’Osaka et en 2000 aux championnats d’Europe de Saragosse en permettant à la Russie de remporter le titre par équipe. Elle se fera remarquer notamment au ruban pour lequel elle se qualifie en finale européenne et termine 5ème. Mais les yeux ne sont pour l’instant rivés que sur Alina Kabaeva, la nouvelle coqueluche mondiale et Yulia Barsukova qui ne tarde pas à faire sensation en devenant championne olympique à Sydney. Il est alors difficile pour elle de sortir de l’ombre et il lui faut attendre le prochain cycle olympique.
Après quelques mois de travail intensif et de nouveaux programmes extrêmement rythmés et parfaitement rodés techniquement, Tchachina paraît s’épanouir complètement et réussit à conquérir le plus grand nombre. Elle réalise le grand chelem en remportant 5 médailles d’or aux Jeux Mondiaux d’Akita en 2001. La même année, elle est sacrée championne d’Europe à la corde et vice-championne d’Europe au cerceau, au ballon et aux massues aux Européens de Genève. Mais même si l’année s’annonçait bien, la Russie va subir une période noire après le contrôle positif au dopage de Kabaeva et de Tchachina aux championnats du Monde de Madrid. Irina se voit alors retirer ses médailles obtenues et son classement effacé, elle est également suspendue pendant plusieurs mois par la Fédération Internationale. Le retour sera dur, si retour il y a…
En effet, absente des praticables en 2002, on ne retrouvera Irina qu’en 2003 à l’occasion des championnats du Monde de Budapest pour lesquels elle remportera le titre par équipe, la 2ème place aux massues et la 3ème place au concours général et au cerceau. La belle n’a pas perdu son public et les victoires pleuvent lors des divers tournois internationaux, son objectif est clair : gagner sa place pour les Jeux d’Athènes sans nuage noir à l’horizon.
Irina Tchachina est sacrée vice-championne olympique derrière Alina Kabaeva à Athènes en 2004. Gymnaste pétillante et envoûtante avec une ligne parfaite, elle reste l’athlète favorite pour beaucoup d’entre nous malgré une carrière plutôt courte puisqu’elle quittera la scène internationale en 2005 après sa participation aux mondiaux de Baku et son titre de championne d’Europe à Moscou.
Elle fait parte des références, ainsi que son entraîneur, de la gymnastique mondiale. Irina continue la gymnastique à travers d’autres sports et spectacles médiatisés, notamment en patinage et en danse. Elle a incarné un rôle dans un film russe et publié une autobiographie, malheureusement non disponible ni traduite en France. Une jeune femme avec beaucoup de projets et de charme à revendre…