Lumière surYana Batyrchina

le 2 juin 2008Commentaires fermés sur Yana Batyrchina

Originaire d’Ouzbékistan, Yana Batyrchina et sa famille emménagent à Moscou suite à l’effondrement de l’URSS. Née le 7 octobre 1979, elle est aujourd’hui mariée et maman de deux beaux enfants. Mais revenons en arrière sur sa courte mais belle carrière.
Sous la tutelle d’Irina Viner (que je ne présente plus), Yana (qui a débuté la gym à 5 ans), perce la bulle des séniors en 1994 et se fait remarquer au ruban lors des championnats du monde de Paris cette même année. Il faut attendre 1995 et les mondiaux de Vienne pour que la petite à la houppette brune (1.65m pour 46kg) et au large sourire sorte du lot. Médaillée d’or par équipe et au ballon et médaillée de bronze au concours général individuel, Yana offre un nouveau style à la Russie et à la gymnastique rythmique. Certains diront qu’elle a été la précurseur de la souplesse extrême, bien qu’à cette époque, on était encore loin de ce qu’il se fait à l’heure actuelle.
En 1996, bien que discrète aux mondiaux de Budapest (médaillée d’argent au ruban et 5ème à la corde), Batyrchina est très attendue aux Jeux Olympiques d’Atlanta. Son unique but étant de toute façon de remporter l’or face aux deux ukrainiennes Serebryanskaya et Vitrichenko. Mais voilà qu’au dernier passage, celui du ruban (et de plus son engin fort), Yana loupe son changement de main sur un pivot et c’est la chute. Elle est en pleurs, et du côté russe, on ne s’attend même plus à un podium individuel. Quelques minutes après, c’est la surprise, le classement est tombé, Yana Batyrchina termine 2ème, vice-championne olympique à 17 ans.
Mais ça ne lui suffit pas, Yana veut le titre suprême et vise Sydney dans 4 ans. Cependant sur un cycle de 4 années, le paysage change fort et il est toujours plus difficile de garder la même forme. Je ne pense pas que ce fut son cas, car en 1997, aux championnats du monde de Berlin, elle revient avec deux médailles d’or, par équipe et à la corde, une d’argent aux massues et une de bronze au général. Et ce n’est pas fini, en 1998 aux mondiaux de Séville, elle remporte l’or aux massues et le bronze à la corde et au cerceau.
Rappelons que c’est cette même année qu’Alina Kabaeva entre en scène et qu’Irina Viner ne porte plus tous ses espoirs que sur elle. Cette dernière lui fait comprendre que son temps est passé et Yana arrête sa carrière.
Selon moi, Batyrchina représentait le mélange de l’ancienne et de la nouvelle GR, elle savait allier la nouvelle complexité des éléments corporels avec une très bonne relation musique/mouvement, sans mettre de côté l’expressivité tant déplorée de nos jours (bien que ça revienne tout de même). Sa carrière internationale fut brève et pourtant elle reste gravée dans les mémoires. C’est certainement une des seules à avoir imposé son style, tant au niveau de son physique que de son charme, pour une fois on ne la compare pas avec une autre, si ce n’est Zarina Gizikova qui lui ressemblait mais qui n’a pas eu la chance d’avoir une si belle carrière…

Vidéos:
1992: massues
Champ. d’Europe 1993: cordemassuesruban
Champ. du Monde, Paris 1994: ballonmassuesruban
Telford Euro Cup 1995: ballonmassues
Champ. du Monde, Vienne 1995: cordeballonmassues
Champ. d’Europe, Asker 1996: massuesruban
Champ. du Monde, Budapest 1996: ruban
J.O. Atlanta 1996: cordeballonmassuesruban
Tournoi de Corbeil-Essonnes 1997: corde
Champ. d’Europe, Patras 1997: cordemassuesruban
Champ. du Monde, Berlin 1997: cordecerceaumassuesruban
L.A. Lights 1998: cerceaumassues
Masters de Séville 1998: massuesruban
Tournoi de Corbeil-Essonnes 1998: cerceauruban

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Les commentaires sont fermés pour cet article.

  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté