Rétro du moment...

Les championnats du Monde de Pesaro (ITA) viennent de s’achever avec les finales par spécialité pour les ensembles. Sacrées hier soir championnes du Monde au concours général, les russes réitèrent leur exploit au combiné cordes / ballons après un très bel enchaînement. Elles se font par contre damé le pion aux cerceaux par les italiennes, suite à des imprécisions et un lâché sur un échange, mais les ‘Farfalle’ ne pouvaient que remporter la victoire à cette spécialité avec leur interprétation sur le final du Lac des Cygnes de Tchaikovsky vraiment spectaculaire.

Les japonaises, médaillées de bronze hier, décrochent l’argent au combiné et le bronze aux cerceaux alors que les bulgares, vice championnes du Monde, se contenteront uniquement du bronze au combiné après leur 4ème place aux cerceaux.

Les biélorusses, fidèles à leur 5ème place de la veille, sont également 5èmes à chaque finale, très régulières.
L’Azerbaïdjan prend la 6ème place aux cerceaux et la 7ème place au combiné, la Chine est 7ème et 8ème et l’Ukraine, 8ème (erreur sur un rattrapé synchro) sur leur premier passage et 6ème aux ballons/cordes.

Résultats, ordres de passage et livescoring : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Après les individuelles, place au concours général des ensembles à Pesaro (ITA) pour ce 4ème jour de compétition. L’ensemble France, composé de Danaé Collard (INSEP / Sucy-en-Brie), Hélène Deconninck (INSEP / Sucy-en-Brie), Eloïse Marchon (INSEP / GRS Paris Centre), Iliona Prioux (INSEP / GR Aix-en-Provence), Astrid Rabette (INSEP / Normandie Regroupement Gymnique) et Elisabeth Rachid (INSEP / Gym’Paris 15), réalise de très belles performances et s’inscrit en 9ème position sur 29 équipes malgré quelques imprécisions et des petites frayeurs. Pour un premier championnat du monde, les filles ont fait fort et peuvent être véritablement fières d’elles ainsi que leur entraîneur Samira Benamrane. Au pied de la finale au combiné (9ème), elles se classent 12èmes aux cerceaux suite à un petit lâché entre autres.

Nous avions un peu de stress, ce qui est normal avant toute compétition. Nous nous sommes dit que c’était une compétition comme les autres, seul l’intitulé de l’événement changeait. En début d’année, nous avions vraiment du mal à passer les deux exercices sans chute. Au fil des compétitions, nous nous sommes habituées à nos enchaînements jusqu’à réussir à Kazan (Rus), notre dernière sortie avant ces Championnats du monde, deux sans-chutes. Grâce à cela, nous avons passé un cap. Nous avons réitéré aux Championnats du monde : cela montre la réalité de notre travail. – Elisabeth Rachid / FFG

Les russes, championnes olympiques, conservent leur titre mondial après deux superbes enchaînements.
Elles devancent les bulgares et les japonaises aux originalités inégalables tandis que les italiennes sont un peu déçues en terminant 4èmes au pied du podium devant leur public. J’ai toujours autant de frissons devant leur prestation aux cinq cerceaux… elles sont d’ailleurs 2èmes derrière les russes à cette spécialité.

Les biélorusses se classent 5èmes après des imprécisions sur leurs rattrapés et des déplacements très justes à la limite de la sortie pour l’un d’entre eux mais leurs enchaînements sont toujours aussi rythmés et intéressants tout comme ceux des ukrainiennes, 6èmes, qui remontent un peu le moral depuis que l’Ukraine ne brille plus sur les podiums en individuel. Il faut pourtant noter que Viktoria Mazur et Olena Diachenko ont toutes deux matché dans le top 24, hier.

Les azéries aux chorégraphies époustouflantes sont 7èmes devant les chinoises, 8èmes. On ne les attendait pas forcément dans ce top 10. Il faut dire que toutes les équipes ont été renouvelées pour ce nouveau cycle olympique et qu’effectivement la donne peut changer très vite !

Toutes ces équipes, excepté la France, seront à retrouver en finale dès demain après-midi pour la dernière journée de ces mondiaux.

Résultats, ordres de passage et livescoring : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Le concours multiple individuel final s’est déroulé hier à Pesaro (ITA) pour la troisième journée de ces championnats du monde. Indétrônée depuis 2009, la Russie s’offre de nouveau le titre suprême avec la victoire de Dina Averina qui s’est fait des frayeurs au cerceau après des hésitations imperceptibles et un échappé aux massues sur un rattrapé jambe pliée. Mais son niveau de difficultés étant très relevé, elle truste tout de même les premières places aux quatre engins s’assurant de décrocher le titre de championne du monde absolue. Elle avait également décroché l’or au cerceau et aux massues aux finales par spécialité, mercredi et jeudi soir.
Sa jumelle, Arina Averina, sacrée championne du Monde au ballon et au ruban, reste derrière elle et devient vice championne du monde. Elle réalise une belle compétition également malgré un déséquilibre sur un renversement arrière au ruban. Mais en décrochant l’or et l’argent, les deux russes ont rempli leur contrat, à 19 ans à peine, pour leur première participation à un championnat du monde.

Pressentie pour s’emparer du bronze à l’issue des qualifications, l’israélienne Linoy Ashram repart en effet en 3ème position. Elle fait preuve de beaucoup de technicité et d’assurance pour son premier mondial également. Elle commet néanmoins une chute aux massues sur un rattrapé en souplesse mais grâce à son avance sur les autres passages, elle conserve sa place sur le podium.

La biélorusse Ekaterina Galkina, 6ème de la finale olympique à Rio (BRA), espérait également s’illustrer sur le podium mais elle échappe son ballon maintenu au cou de pied et est sévèrement sanctionnée. Elle devra se contenter d’une malheureuse 4ème place alors que sa jeune coéquipière, Alina Garnasko, commet plusieurs hésitations sur ses passages ainsi que deux chutes d’engin au ruban. Elle manque encore un peu de maturité et d’expérience, elle apparaît extrêmement déçue après ses erreurs mais cela ne pourra que lui servir pour la saison prochaine. Elle se classe 13ème.

La japonaise Kaho Minagawa réalise une progression incroyable, toujours avec beaucoup de grâce jusqu’au bout des ongles, hormis un petit échappé au ballon, elle occupe la 5ème place du classement, elle avait terminé 16ème aux Jeux de Rio l’année dernière sans se qualifier à la finale olympique. Nouveauté pour le Japon, alors qu’à la surprise générale, Sakura Hayakawa avait raté sa qualification dans le top 24 aux mondiaux de Stuttgart en 2015 et voyait s’envoler le rêve olympique, aujourd’hui c’est au tour de la toute jeune Sumire Kita d’intégrer cette finale individuelle aux côtés de Minagawa en se classant à une très prometteuse 12ème place.

Les Etats-Unis ne cessent également leur progression. On se souvient de la fabuleuse 5ème place de Laura Zeng à Stuttgart, qui s’était ensuite classée 11ème à Rio, aux portes de la finale olympique. Désormais 6ème du top mondial à Pesaro, sa coéquipière Evita Griskenas, nouvelle sur le circuit sénior, intègre elle aussi le top 24 et prend la 11ème place du concours.

Les bulgares Neviana Vladinova et Katrin Taseva, respectivement, 7ème et 11ème, auront bataillé fortement malgré des erreurs. Vladinova était également 7ème aux derniers Jeux Olympiques et compte bien réitérer sa qualification pour les prochains Jeux de Tokyo 2020.

Quant aux représentantes du pays hôte, les italiennes Alexandra Agiurgiuculese et Milena Baldassarri, elles peuvent être très fières de leurs performances. 8ème et 9ème de cette finale mondiale, elles prouvent que leur nation n’est pas seulement forte en ensemble mais qu’elle l’est aussi en individuel plus que jamais. Alexandra a d’ailleurs, non sans surprise, remporté le Prix de l’Elégance décerné par Longines.

Pesaro 2017, c’est aussi la belle 14ème place de la roumaine Ana Luiza Filiorianu, l’une de mes coups de coeur depuis sa médaille de bronze aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing (CHN) et olympienne à Rio ; le retour tant attendu de la géorgienne Salome Pazhava, 15ème, après un an d’absence pour se remettre de sa blessure au genou pendant les Jeux de Rio. Il lui a fallu beaucoup de courage, de persévérance et de patience pour outrepasser ses doutes et recommencer à y croire après son opération, la rééducation et la reprise de l’entraînement pas à pas. Elle l’avait toujours annoncé : la finale des Jeux de Tokyo sera son objectif numéro un pendant ces quatre ans. Enfin, l’autrichienne Nicol Ruprecht qui se fait toujours autant plaisir sur le praticable signe sa dernière année avant de prendre sa retraite.

Maintenant place aux ensembles cet après-midi et au passage très attendu de nos françaises !

Résultats, ordres de passage et livescoring : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Aujourd’hui se déroulait la seconde journée de ces championnats du Monde avec la suite des qualifications et des finales individuelles à Pesaro (ITA). Axelle Jovenin aura réussi une belle performance en se classant 30ème pour son premier championnat du Monde. A 17 ans à peine, elle réalise un classement prometteur qui, on l’espère, lui permettra d’intégrer le top 24 d’ici l’année prochaine.

J’ai conservé exactement le même discours que celui de mercredi, à savoir « Je sais faire, je peux y arriver ». Je suis partie sereine, malgré un léger stress dans la préparation de mon exercice au ruban. La salle était très humide et cela a rendu mon engin mouillé. Heureusement nous avons réussi à le repasser et au final, cet exercice s’est plutôt bien passé. J’ai conclu par l’exercice que je préfère et lors duquel je m’éclate : les massues. Je commets une petite chute sur la fin, la même qu’aux Championnats d’Europe, ce qui me frustre. Malgré cela, j’ai bien travaillé. Au final, je réussis trois exercices sans chute. Je suis fière de moi, ce qui est plutôt rare. – Axelle Jovenin / FFG

Alors que la russe Dina Averina obtient le meilleur score aux quatre engins lors des qualifications. Elle ne décroche qu’une seconde médaille d’or, aux massues, après son titre de la veille au cerceau. Elle commet trop de maladresses sur ses rattrapés pour espérer la première place. Devancée par sa soeur au ballon, Arina Averina réitère son exploit au ruban. Cette dernière devra se contenter du bronze aux massues suite à une erreur sur un rattrapé qu’elle tente néanmoins de déguiser avec une souplesse. On peut dire que les jumelles sont presque à égalité, en tous cas pour le moment puisqu’elles sont en tête du classement.

La biélorusse Ekaterina Galkina, 5ème des qualifications, n’en croit pas ses yeux quand elle voit la note de 18.050 sortir en finale des massues. Elle décroche l’argent et s’intercale entre les jumelles russes sur ce podium.
Quant à l’israélienne Linoy Ashram, 3ème des qualifications, elle s’empare de la médaille de bronze, son premier podium mondial.

Demain, les compteurs seront remis à zéro avec de nouveau quatre enchaînements à produire pour les 24 premières gymnastes du classement. Il se pourrait bien qu’il y ait quelques surprises, surtout quand on voit la nouvelle donne de ce début de cycle olympique…

Les 24 qualifiées pour le concours multiple :
Dina Averina (RUS) – Arina Averina (RUS) – Linoy Ashram (ISR) – Neviana Vladinova (BUL) – Ekaterina Galkina (BLR) – Laura Zeng (USA) – Alexandra Agiurgiuculese (ITA) – Katrin Taseva (BUL) – Kaho Minagawa (JPN) – Alina Garnasko (BLR) – Evita Griskenas (USA) – Milena Baldassarri (ITA) – Eleni Kelaiditi (GRE) – Viktoria Mazur (UKR) – Olena Diachenko (UKR) – Anastasia Serdyukova (UZB) – Yating Zhao (CHN) – Sabina Ashirbayeva (KAZ) – Salome Pazhava (GEO) – Ana Luiza Filiorianu (ROU) – Sumire Kita (JPN) – Sabina Tashkenbaeva (UZB) – Elina Valieva (GEO) – Nicol Ruprecht (AUT)

Résultats, ordres de passage et livescoring : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté