Rétro du moment...

Le tournoi de Eilat (ISR), clôture, ce samedi, le circuit Grand Prix 2016 avec la victoire logique de la russe Aleksandra Soldatova qui décroche l’or à l’issue des qualifications ainsi qu’aux quatre finales.

Le podium du concours général est complété par ses coéquipières, les jumelles Dina et Arina Averina, respectivement seconde et troisième des qualifications. Chacune engagée à deux finales sur quatre, la première décroche l’argent au ballon tandis que la seconde s’empare aussi de l’argent, au cerceau et au ruban. Pas de seconde médaille pour Dina étant donné qu’elle rate son rattrapé final aux massues et ne termine qu’avec un seul engin.

Quant aux israéliennes, elles prennent leur revanche en finale avec des enchaînements innovants et dynamiques. Linoy Ashram, 4ème, remporte l’argent aux massues et Victoria Veinberg Filanovsky, 5ème, récupère le bronze à toutes les finales.

Résultats : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

En ce dernier jour de compétition à Rio (BRA), la gymnastique rythmique se termine également avec la finale des ensembles et le sacre de l’ensemble russe, champion du Monde en titre, qui conserve son titre olympique pour la cinquième fois consécutive. Avec une technicité à toute épreuve au combiné cerceaux / massues, on peut être un peu mitigé sur leur prestation aux rubans, tant au niveau de la mixité musicale qu’aux imprécisions dont l’équipe a tout de même fait preuve tout au long de l’année. Le niveau de difficultés n’est en rien à reprocher mais d’autres critères doivent également rentrer en ligne de compte.

C’est sans doute pour cela que nombre d’entre vous aurait aimé voir l’Espagne (photo ci-contre © Getty Images) monter elle aussi sur la plus haute marche du podium. D’une régularité et d’une énergie à toute épreuve, les espagnoles ont véritablement tout donné sur le praticable. Médaillées de bronze aux derniers mondiaux à Stuttgart (GER) en septembre 2015, elles deviennent ainsi vice championnes olympiques à Rio. L’Espagne demeure une grande nation de gymnastique rythmique depuis les années 1990 et avait remporté le tout premier titre de l’histoire en ensemble, en 1996 à Atlanta (USA), il y a tout juste vingt ans.

Quant aux bulgares, vice championnes du Monde 2015 et championnes du Monde 2014, elles décrochent ici le bronze prenant leur revanche sur leur 7ème place de la veille. A peine deux mois après l’accident d’une des leurs, cette 3ème place est des plus symboliques. L’équipe tenait à aller jusqu’au bout de ces Olympiades pour marquer leur soutien à leur coéquipière gravement blessée. Il s’agit d’un troisième podium olympique pour la Bulgarie qui avait remporté l’argent à Atlanta en 1996 et le bronze à Athènes (GRE) en 2004.

© Getty Images – L’ensemble russe au combiné cerceaux/massues

Le podium échappe ainsi aux biélorusses, 3èmes à l’issue des qualifications, qui se classent aujourd’hui 5èmes après bon nombre d’imprécisions sur leurs deux enchaînements. Elles sont encore jeunes et se ressaisiront sûrement pour le prochain cycle olympique.

Les italiennes conservent leur 4ème place de la veille avec également des hésitations et quelques décalages sur les rattrapés qui ne peuvent leur permettre de monter sur le podium. Mais on ne se lasse pas de la virtuosité de leurs mouvements et de la richesse des chorégraphies présentées. Il ne faut pas oublier que l’Italie a été sacrée trois fois championne du Monde en 2009, 2010 et 2011, vice championne olympique en 2004 et médaillée de bronze à Londres (GBR) en 2012.

Enfin, Israël se classe en 6ème position devant l’Ukraine, 7ème et le Japon 8ème.

Composition des ensembles : cliquez-ici !
Résultats finale des ensembles : cliquez-ici !
Replat intégral France TV Sport : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

La journée continue à Rio (BRA) avec la finale du concours multiple individuel et une 10ème place signée Kseniya Moustafaeva qui aurait bien entendu espéré mieux sans ces imprécisions au ballon et au ruban et cette chute de massue sur une souplesse arrière. Malgré des enchaînements moins bien réalisés qu’en qualification, la jeune tricolore de 21 ans se fait plaisir à l’occasion de ses premiers Jeux Olympiques et préfère vivre à fond ses derniers moments sur le praticable de Rio, au bout de cette incroyable aventure. La dernière fois que la France s’est illustrée en finale olympique remonte à la 5ème place d’Eva Serrano aux Jeux de Sydney (AUS) en 2000.

La russe Margarita Mamun (photo ci-contre © Getty Images) devient championne olympique en décrochant son premier grand titre individuel. Abonnée des secondes places ou des titres par équipe, voire par spécialité, la double vice championne du Monde décroche donc le titre suprême après quatre passages sans fausse note pour son plus grand bonheur et celui de son entraîneur qui n’est autre qu’Amina Zaripova, autre grande championne russe, finaliste aux Jeux d’Atlanta (USA) en 1996.
Sa victoire se joue au détriment de sa coéquipière Yana Kudryavtseva, triple championne du Monde absolue, double championne d’Europe en titre et gagnante des Jeux Européens de Bakou (AZE) en 2015. Première au cerceau, au ballon et au ruban au regard des scores, ce sera aux massues que l’indétrônable perdra la victoire en ratant son rattrapé final et devra se contenter de la médaille d’argent. Comme quoi tout se joue toujours de peu…

Quant à la médaille de bronze qui se jouait principalement entre Rizatdinova, Staniouta et Son, c’est à Anna Rizatdinova qu’elle revient, elle est d’autant plus méritée que la belle ukrainienne réalise parfaitement ses quatre enchaînements en faisant preuve d’une élégance extrême, propre à l’Ecole Deriuguina. 10ème et finaliste aux Jeux de Londres (GBR), son objectif était d’atteindre le podium à Rio. Contrat rempli !

Mon aventure olympique s’achève aujourd’hui. Que dire ? Une expérience inoubliable où s’entremêlent des émotions extrêmes, du rire, des pleurs, joie, colère, tristesse, tout y est passé. Quatre ans de travail acharné, de sacrifices, de bons comme de mauvais moments achevés par cet événement que chaque athlète rêverait de vivre ! Je peux désormais le dire : je suis fière de ce que j’ai accompli. – K. Moustafaeva

© Getty Images – Kseniya Moustafaeva

La coréenne Son Yeon Jae, toujours aussi régulière, 5ème et finaliste aux J.O. de Londres, gagne une place à Rio en se classant 4ème. Ce sera finalement la biélorusse Melitina Staniouta la plus déçue de cette finale suite à deux chutes de massue et des imprécisions au ruban pour finir de la déstabiliser… elle termine 5ème malgré une belle progression puisqu’elle s’était classée 12ème à Londres, il y a quatre ans, n’intégrant pas la finale olympique.

Cette finale marque également le départ à la retraite, entre autres, de l’espagnole Carolina Rodriguez, 30 ans, qui peut être vraiment heureuse de son parcours : quatre cycles olympiques, trois Olympiades et deux finales olympiques à son actif. 7ème en ensemble à Athènes (GRE) en 2004, 14ème à Londres (individuel) en 2012 et enfin 8ème à Rio, une belle longévité digne des espagnoles puisqu’elle fait écho aux quatre finales olympiques d’Almudena Cid de 1996 à 2008.

Résultats finale individuelle : cliquez-ici !
Replay intégral France TV Sport : cliquez-ici !

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Les ensembles font à leur tour leur entrée à Rio (BRA) avec la phase de qualifications et une première place provisoire pour l’Espagne qui devance les russes (photo ci-contre © Ria Novosti), notamment au combiné cerceaux-massues, puisque ces dernières se classent seulement 6èmes à cette spécialité après des erreurs. Elles gardent néanmoins la pole position aux rubans et tenteront le tout pour le tout pour aller chercher l’or olympique demain lors de la finale. Les représentantes ibériques au tempérament de feu ne se laisseront sûrement pas faire, le spectacle prévoit d’être beau.

Les biélorusses sont pour l’instant 3èmes après des évolutions très rythmées et véritablement techniques. Elles dament le pion aux italiennes qui commettent des imprécisions aux rubans, les laissant ainsi en 4ème position.

Seuls huit ensembles se qualifient en finale sur quatorze équipes. Pas vraiment de surprise de ce côté là, le Japon, 5ème, Israël, 6ème, la Bulgarie, 7ème suite à une chute de massue, et enfin l’Ukraine, 8ème avec un échappé de cerceau sur un pivot fouetté, rejoignent les ensembles précédemment cités.

© Ricardo Bufolin – L’Espagne, 1ère des qualifications au combiné cerceaux/massues

Résultats qualifications des ensembles : cliquez-ici !
Replat intégral du 20/08 sur France TV Sport : Rotation 1Rotation 2

facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
  • Flux RSS
  • Facebook
  • Twitter
  • Contact

Au bord du praticable...

Prochainement

Où pratiquer la GR ?

Catégories

Championnats de France Championnats d'Europe Championnats du Monde Jeux Olympiques Jeux Olympiques de la Jeunesse Circuit Coupe du Monde Circuit Grand Prix Autres rencontres Communauté